Leukodécadence Chamanisme: “Je pense à mon utérus et au mythe de la caverne” (sic)

 
“Je suis femme et fière, fi-lle de la Ter-re.”

Me voilà qui entonne un chant féministe au groove hippie, entourée de femmes de tous âges, des blondes, des brunes, des cheveux blancs, des crinières piquées de plumes, des poitrines cernées de colliers de coquillages.

 Je ne sais pas très bien ce que je fais là, mais j’y suis : au festival du chamanisme, dans un coin de champ paumé à quelques encablures d’Angoulême. Je ne verse pas dans l’ésotérisme, et mes dimanches à m’ennuyer à la messe remontent à Mathusalem.

 

Vénus et œuf d’autruche

Ce matin, j’ai pourtant décidé de me plonger dans d’autres croyances, et de participer à l’atelier “Honorer la femme sauvage”. Cela consiste à contacter mon “féminin guérisseur” par “la danse, le chant de pouvoir, le rituel des lunes, le cercle de femmes”. Exit les hommes qui tentent une approche curieuse. On reste entre nous, histoire d’échapper cette fois au mansplaining, cette fichue habitude masculine consistant à expliquer aux femmes des choses qu’elles savent déjà. Perspective qui me réjouit. Nanouk, praticienne chamanique parisienne, formée aux Etats-Unis s’il vous plaît, nous explique :

 

Le Nouvelobs