Leukodécadence: Brigitte Fontaine : « Je ne suis pas du tout folle ! »(sic)

Après sept ans de silence, Brigitte Fontaine revient, en pleine forme, avec un 19e album, « Terre neuve ». Elle sera en concert le 29 mars à l’Olympia à Paris. Entre deux « fuck ! » et une tirade sur la misogynie, elle se raconte ici, de A jusqu’à Z.

 

Brigitte Fontaine sort un album, ce qu’elle n’avait pas fait, pour des raisons de santé, depuis « J’ai l’honneur d’être » en 2013. « Terre neuve », c’est une voix rauque qui chante son insolence et ses failles sur de la musique électro punk. C’est aussi la preuve de l’éternelle jeunesse d’une zinzin qui écrit divinement bien, d’une perchée qui voit tout et le décrit avec sa démesure. Sa folie, si on veut – mais on ne veut pas. Elle y parle des hommes pour qui elle éprouve des sentiments mélangés, de son cœur comme d’un « quartier de haute sécurité », de la mort comme d’une « effraction ». Elle cite Proust et Aragon. Brigitte Fontaine, épouse du compositeur Areski Belkacem, aurait préféré griller une cartouche entière de Craven plutôt que de se plier à la contrainte d’un abécédaire, mais elle l’accepte quand même. Hormis une charge assez violente contre les hippopotames et quelques « fuck » intempestifs, on la retrouve telle qu’on l’a toujours connue : insoumise, extravagante et lucide.

 

NouvelObs