Leukocratie: Une non-blanche remets à leur place des blancs ” Certains blancs croient incarner la neutralité et n’ont pas idée de l’effet que cela produit” (sic)

 

Ça a débuté comme ça : mal. Une moiteur orageuse, un café prétentieux à Manhattan et Zadie Smith qui arrive avec vingt bonnes minutes de retard

. La romancière anglaise installée à New York depuis une dizaine d’années semble avoir envie de tout sauf de s’asseoir face à une journaliste. Ce jour-là, elle n’arbore ni turban artistiquement noué ni chignon tressé. Ses mèches brunes encadrent librement son visage.

D’elle, on pourrait dire ce qu’elle écrit dans son dernier roman «Swing Time» au sujet de la mère de la narratrice, une femme superbe mais sévère: «Peu importe la coiffure lorsqu’on ressemble à Néfertiti. Elle n’avait nul besoin de maquillage, de produits, de bijoux ou de vêtements coûteux […].» Zadie Smith non plus n’a pas besoin de fard. Des taches de rousseur parsèment sa peau nue.

Le Nouvelobs