Leukocratie: Oriana(de type métèque) insulte et frappe des Fonctionnaires de Police et s’etonne qu’ils se defendent(Màj: Des Témoins confirment que tout était inventé)

Featured Video Play Icon

 Les images de celle qui se présente comme une « victime » de violences policières sont impressionnantes. Oriana, 30 ans, a témoigné sur le site Loopsider. Le 16 décembre à Créteil à 7 h 30, alors qu’elle conduisait en état d’ivresse, elle enfonce la portière d’un utilitaire Renault. Employées d’une société d’affichage, les victimes de cet accrochage doivent établir un constat pour justifier de l’état du véhicule accidenté auprès de leur employeur. Selon eux, la jeune femme refuse de s’y soumettre. Elle fait une marche arrière, prend un sens interdit et reprend sa route.

« On l’a suivie, témoigne Michel*, 30 ans, alors au volant, employé de son entreprise depuis dix ans. Mon collègue, assis à mes côtés, alerte la police. Elle ne roule pas droit, manque de prendre le trottoir à plusieurs reprises et d’aller dans le décor. Quand elle s’arrête enfin, on lui demande à nouveau d’établir un constat. Elle s’y refuse. On lui prend les clés de sa voiture en attendant l’arrivée de la police. Là, elle met une gifle à mon collègue qui en perd ses lunettes ; quand il se baisse pour les ramasser, elle lui décoche un coup de pied tout près de l’œil, qui enfle quasi instantanément. Il n’a pas voulu se faire examiner, il vient de commencer dans la boîte et ne veut pas se faire remarquer. Je remonte dans le Renault Master. Elle frappe à la vitre et dans le camion comme une dingue. Une fois dehors, elle me met un coup à la tempe, devient hystérique, renverse les poubelles. On rend les clés de son véhicule à son amie. Cette dernière propose enfin d’établir un constat. Évidemment, on accepte, on ne demandait que ça. Son état d’ivresse ne nous concernait pas, on n’est pas policiers. C’est durant sa rédaction que trois policiers, une femme – cheffe – et deux hommes arrivent. Quand la chauffarde voit la police, elle s’énerve, me redonne une claque au niveau de la tempe. Les policiers n’étaient pas du tout des « Malabars » comme elle et son amie l’ont raconté. »

À aucun moment, les policiers ne l’ont frappée

Michel poursuit : « Un gardien de la paix lui tend l’éthylotest. Elle fait mine de ne pas pouvoir souffler. La scène se répète près d’une dizaine de fois, elle finit par insulter le policier. Elle se fait interpeller mais empêche son menottage. Elle met alors une violente gifle au policier. Alors qu’elle tente de lui en infliger une deuxième, il l’en empêche et la plaque au sol et il tombe avec elle. Son visage touche le sol. Elle crie fils de putebande de bâtardspetit pédé. Sa copine insulte elle aussi les forces de l’ordre. Elle est interpellée à son tour. Ensuite, la principale mise en cause est portée jusqu’à la voiture de police ; elle n’a pas du tout été traînée au sol comme elle a pu le raconter. Ni moi ni mon collègue n’avons vu de violences de la part des policiers. À aucun moment ils ne l’ont frappée. »

L’automobiliste ivre et son amie sont conduites au commissariat. Michel et son collègue suivent. Ils vont déposer une plainte contre elle « pour violences et délit de fuite ». « On a raconté que la vérité « , souligne-t-il. « Elle aurait accepté de faire un constat, rien de tout cela ne serait arrivé. Comme on l’a appris par la suite, elle conduisait quand même avec près de 2 g d’alcool dans le sang. Mais même si elle était bourrée, nous, on n’aurait rien fait, on n’est pas policiers. On souhaitait juste rentrer à la boîte avec notre constat. En 10 ans, c’est la première fois que je vois un truc pareil. »

Le SDSE saisi

Après sa garde à vue, Oriana a reconnu une partie des faits lors d’une reconnaissance préalable de culpabilité. Après un examen médical, elle a obtenu 5 jours d’ITT. Son avocat a annoncé son intention de revenir sur la reconnaissance de culpabilité en refusant la peine proposée par la procureure de la République pour réclamer des actes d’enquête complémentaire. Sur son compte Twitter, le cabinet d’avocats met en cause « des policiers ultra-violents, des tentatives de dissimulation de leur bavure, la complaisance des médecins et un parquet qui couvre procéduralement ce scandale ».

Outre les deux automobilistes, les policiers ont également déposé une plainte contre Oriana, cette fois pour « outrage » et « violences ». L’un des gardiens de la paix s’est vu prescrire deux jours d’ITT. Le SDSE (le Service de discipline et de soutien aux effectifs de police, un service de la préfecture de police) a été saisi et a commencé à procéder à l’audition de plusieurs policiers du commissariat de Créteil. Les requérants n’ont pas été encore entendus

Le Point

___________________________________________________________________________

Elle a les pommettes marquées d’hématomes violets, les vaisseaux dans ses yeux ont éclaté, remplissant son regard de rouge. Oriana, 30 ans, affirme avoir été passée à tabac par des policiers lors d’un contrôle d’alcoolémie à Créteil (Val-de-Marne) le 16 décembre dernier, dans des interviews à Loopsider et au « Parisien » publiées ce 24 décembre.

« Je sortais d’une soirée avec une amie, il était environ 7 h 30 du matin quand on a eu un accrochage avec un camion, raconte-t-elle au « Parisien ». On est descendus pour faire un constat et comme on était alcoolisées, l’un des occupants du camion a appelé la police. »

Arrivés sur place, les agents de police demandent à Oriana de souffler dans un ethylotest. Mais la jeune femme n’arrive pas à le faire correctement. Son amie Laura, présente au moment des faits, raconte à Loopsider qu’un policier s’est alors énervé et « lui a mis une balayette et l’a mise par terre ».

 

« J’ai donné un coup de pied par réflexe et pour me défendre et à partir de là ils m’ont tabassée au sol, reprend Oriana. Ils m’ont menottée la tête contre le sol, ils ont commencé à me donner des coups de pied à plusieurs. » La jeune femme estime que deux ou trois policiers se sont acharnés sur elle pendant qu’une femme de la brigade se tenait en retrait. L’un des policiers l’aurait également insultée, la traitant de « salope ». « Dans les vapes », elle dit avoir été traînée jusqu’à la camionnette des policiers, où elle a reçu d’autres coups dans le camion.

La jeune femme raconte avoir ensuite été jetée dans sa cellule toujours menottée, entraînant une nouvelle chute. De nouveaux coups de pieds auraient suivi.

Un officier venu lui faire passer un test d’alcoolémie, constatant son état, l’envoie aux urgences où la jeune femme passe un scanner. Elle a « un bout de dent cassé, des bleus partout sur le corps », et les médecins lui font deux points de suture à la tête. Elle se voit par ailleurs prescrire 7 jours d’ITT, suivi d’un arrêt maladie délivré ce jour encourant jusqu’au 30 décembre, selon le « Parisien ».

Ses plaintes refusées

Trois policiers ont porté plainte pour outrage à agent et violences sur personne dépositaire de l’autorité publique. Placée en garde à vue, Oriana reconnaît les faits. Après une première comparution, son procès est renvoyé au 5 octobre 2020 au Tribunal de grande instance de Créteil.

La jeune femme explique avoir à son tour souhaité porter plainte, mais des policiers ont par deux fois refusé de prendre sa plainte, les premiers estimant qu’il était compliqué de le faire car les faits concernaient leurs collègues. Oriana souligne cependant que de nombreuses personnes, des soignants ainsi que des policiers, ont été choquées par son état et lui ont conseillé de porter plainte.

La jeune femme a finalement été entendue vendredi par l’IGPN après avoir porté plainte directement sur son site. Elle a contacté un avocat. Depuis les faits, la jeune fille révèle avoir fait des cauchemars. Surtout, elle ne comprend pas : « Je pèse 55 kg, il n’y avait pas lieu de me frapper comme ça sans pitié et au visage, plaide-t-elle. […] J’assume ce que j’ai fait : la conduite en état d’ébriété et le coup de pied pour me défendre. Mais je ne méritais pas ça. »

Selon Loopsider, les personnes avec qui les jeunes femmes ont eu accident n’ont pour l’instant pas porté plainte.

Contactée par le « Parisien », la police explique être intervenue car la jeune femme aurait giflé le conducteur avec qui elle a eu un accrochage et a insulté les officiers de police. « Il y a eu un usage de la force c’est évident mais c’était uniquement pour maîtriser la jeune femme », explique-t-on.

NouvelObs