Leukocratie: Le G7 ( G aucune crédibilité) tourne au fiasco

Pendant ces deux jours à La Malbaie, à l’est du Canada, les participants du G7, et surtout les Européens, ont dû faire face aux menaces et à l’impulsivité de Donald Trump.

Celui-ci a d’ailleurs annoncé son retrait du communiqué final.

Le président américain a une nouvelle fois fait volte-face ce week-end contre ses alliés européens, japonais et canadien. Dans la nuit de samedi à dimanche, Donald Trump a annoncé sur Twitter son retrait du communiqué commun des dirigeants du G7. Bien avant le sommet, on annonçait déjà que cette réunion de deux jours serait un «G6+1», Donald Trump faisant cavalier seul. Si tous ont tenté de sauver les apparences en se convainquant de leur union, Donald Trump a finalement prouvé qu’il n’en était rien.

» LIRE AUSSI – Sommet du G7: Trump retire son soutien à la déclaration commune

À l’approche du G7, les tensions étaient déjà présentes parmi les alliés. Tous appréhendaient les réactions et décisions du président américain notamment concernant son attachement au protectionnisme. Début juin, Donald Trump a déclaré une «guerre commerciale» à ses alliés en mettant en place des taxes douanières sur l’acier et l’aluminium en provenance de l’Union européenne, du Canada et du Mexique et en menaçant d’en faire de mêmes concernant les importations de voitures.

«Les États-Unis font courir un risque de déstabilisation économique», avait alors réagi le ministre français de l’Économie, Bruno Le Maire. L’Élysée, s’y préparait, donc: «Le défi est d’essayer de préserver une forme d’unité à l’intérieur du G7 et vis-à-vis de l’extérieur.»

Le Figaro