Le montant est très loin d’atteindre ce que Thierry Ardisson espérait… C8, son ancien employeur, a été condamné, le 21 janvier, par le tribunal de commerce de Paris à lui verser la somme de 811.500 euros pour “rupture brutale des relations commerciales”, selon les informations de la Lettre A. La filiale de Canal+ avait décidé au milieu de sa saison 2019 de mettre fin à l’émission phare du producteur “Salut les Terriens”. L’homme en noir réclamait, de son côté, 6,8 millions d’euros de dommages.

L’émission hebdomadaire avait été diffusée sur la chaîne cryptée de 2006 à 2016, avant de débarquer sur C8. Chaque numéro lui coûtait pas moins de 198.000 euros. Puis, à partir de 2017, Thierry Ardisson avait animé une seconde émission sur C8, “Les Terriens du dimanche”, dont le coût par épisode s’élevait à 155.000 euros. Selon le site spécialisé, les deux programmes enregistraient un chiffre d’affaires de 13,3 millions d’euros par an à la société Ardis SAS, fondée par Thierry Ardisson.

Un préavis de quatre mois et demi aurait dû être donné

Les relations entre l’homme en noir et la filiale de Canal+ se sont dégradées lorsque la seconde a demandé au premier de lui vendre ses deux émissions deux fois moins cher. Le producteur a rejeté l’idée, et la chaîne a donc décidé de mettre fin à leur collaboration. Mardi, le tribunal de commerce de Paris a toutefois jugé que le délai de préavis concernant cette rupture avait été trop court : “Salut les Terriens” s’est arrêté le 17 mai 2019, alors que la fin de la saison était programmée pour fin juin. Selon les juges, Thierry Ardisson aurait dû disposer d’un préavis de quatre mois et demi.

C’est en cela que le tribunal justifie l’indemnisation de 811.500 euros. Mais le tribunal a également précisé que l’animateur avait “contribué à son propre dommage” en refusant de baisser le prix de ses émissions alors qu’il était conscient de l’état du marché. Sur le front du préjudice moral et professionnel, Thierry Ardisson n’a rien obtenu de la justice alors qu’il réclamait un million d’euros, évoquant un renvoi “brutal” et une image qui en avait souffert.

Clause de confidentialité : C8 déboutée

Dans cette affaire, toujours selon la Lettre A, le tribunal de commerce a débouté C8 qui réclamait à l’animateur la somme de 150.000 euros pour violation de clause de confidentialité, lorsque l’homme avait révélé le prix de son émission. Enfin, C8 a été condamnée à indemniser à hauteur de 269.333 euros l’entreprise Téléparis, qui réalisait le tournage des deux émissions de Thierry Ardisson. Ce dernier possède 49,94 % du capital de cette société au chiffre d’affaires annuel de 9,9 millions d’euros.