Leukocratie: Et Maintenant Laurent “Siffredo” Wauquiez veut défendre “la civilisation Européenne”

Featured Video Play Icon

n”Il est en train de se passer quelque chose”. Laurent Wauquiez sourit malicieusement, les pieds rivés sur la tribune, les mains cramponnées au pupitre. Le président des Républicains peut enfin respirer, ce samedi 16 mars, lors du Conseil national du parti organisé à Lyon, sa ville, sa capitale.

La tempête qui s’est abattue sur sa tête de liste pour les élections européennes, François-Xavier Bellamy, s’est calmée. Mieux : les scores de la droite dans les sondages reprennent un peu de hauteur. Et ils sont venus nombreux, militants, élus locaux et cadres du parti pour applaudir leur chef.

Bellamy superstar

Alors quoi de mieux qu’une grand-messe pour introniser officiellement la liste des 26 premiers candidats de la droite pour le scrutin européen ? Et entériner le programme tant attendu ? Seule ombre au tableau:  l’absence des ténors Valérie Pécresse, opposante interne, Bruno Retailleau, chef de file des sénateurs LR et Christian Jacob, patron du groupe LR à l’Assemblée, qui n’ont pas fait le déplacement.

“C’est un problème médiatique si vous décidez d’en faire un, mais ce n’est pas un problème politique, je vous l’assure”, assure un cadre LR. 

Gérard Larcher, président du Sénat, absent lui aussi, a  tout de même gratifié la foule d’une vidéo. Mais il a réussi l’impossible : ne pas prononcer le nom de la nouvelle star de la droite française, François-Xavier Bellamy, le philosophe-politique qui était encore inconnu du grand public il y a quelques  semaines.

Maire-adjoint de Versailles, il est monté sur scène porté par une ovation des militants et sous une pluie de compliment. “Tu as réussi à détruire en peu de temps l’image caricaturale qu’on a fait de toi”, clame Jean Léonetti, maire d’Antibes et président du Conseil national, le parlement du parti. Annie Genevard, secrétaire générale du parti, salue “la clarté lumineuse de sa pensée” du jeune bachelor de LR. “Je te connais pas”, raconte Hervé Morin, patron du Centre qui s’est allié avec LR. “J’ai entendu la caricature mais je t’ai écouté et j’ai aimé ton propos et ton discours. J’ai aimé que tu fasses appel à la raison et à l’intelligence.” Et le président de la région Normandie d’affirmer :

“Vous êtes en train de voir émerger un des grands talents des prochaines années.”

Laurent Wauquiez et François-Xavier Bellamy affichent leur grande proximité. Le premier touche touche le genou du second quand son nom est prononcé. Et quand Bellamy monte sur scène, Wauquiez le regarde, serre et lève ses poings, en signe de puissance. “Je suis fier de ceux qui vont porter nos couleurs”, déclare le président de LR. “Ce choix n’a pas été facile. J’ai du faire face à de nombreux doutes”, concède Laurent Wauquiez qui conclut avec un clin d’oeil : “Mais vous connaissez mon tempérament.”

Pour une “Europe frontière”

Car pour Laurent Wauquiez et François-Xavier Bellamy, l’heure est grave. L’enjeu des élections européennes, “ce moment historique”, est, rien de moins, que de sauver la “civilisation européenne”. Il ne reste d’ailleurs que “70 jours” avant le 26 mai, jour des élections européennes. “C’est court pour changer l’histoire”, pointe François-Xavier Bellamy. Il faut faire face à Emmanuel Macron et Marine Le Pen, ce “pour ou contre l’Europe”, cette “même alternative stérile”, “les deux même impasses”, selon Laurent Wauquiez.

Il fallait donc montrer que les Républicains ont des idées pour l’Europe. C’est donc un programme contenant pas moins 75 propositions qui a été présenté. Frontières, civilisation, immigration constituent les priorités du parti. Il s’agit de “lutter contre l’immigration illégale” mais aussi d'”arrêter l’immigration de masse”. Il faudrait que :

  • traiter les demandes d’asiles soient “en dehors de la France”
  • ramener les “bateaux de migrants sur les côtes africaines”
  • “multiplier les vols groupés organisés par Frontex pour expulser les immigrés illégaux”
  • “dénoncer le pacte de Marrakech” qui “encourage l’immigration et promeut le multiculturalisme”

Contre le terrorisme “islamiste”, Laurent Wauquiez, et sa tête de liste, propose un “bouclier européen” dont le but est de contrôler et de pouvoir interdire le “financement extra-européen de l’islam”, “l’identification des imams salafistes” et le “refus du retour des djihadistes sur le sol européen”.

Après une “Europe frontière”, il faut une “Europe civilisation”. Les Républicains veulent inscrire “les racines judéo-chrétienne”, l’héritage “gréco-romain” et des “lumières” dans les traités européens et dans “une nouvelle charte européenne des valeurs et des devoirs”. Une “charte” qui conditionnera l’obtention ou le renouvellement d’un titre de séjour : pour en avoir un, il faudra adhérer à cette “charte”.

Nouvelobs