Leukocratie: La Leukocrate Nathalie “Der Vogel” a été membre d’une Liste Politique d’Extrême Centre Blanc

Avis de tempête pour Nathalie Loiseau. La tête de liste de La République en marche (LRM) aux élections européennes se retrouve au cœur d’une polémique, après les informations de Mediapart sur son engagement aux côtés de militants d’extrême droite dans sa jeunesse. Dans un article publié lundi 22 avril, le site révèle – preuve à l’appui – qu’en 1984, alors qu’elle était étudiante à Sciences Po Paris, elle s’était présentée sous l’étiquette de l’Union des étudiants de droite (UED), un syndicat issu du GUD (Groupe union défense), une organisation étudiante d’extrême droite aujourd’hui dissoute.

L’ex-ministre des affaires européennes avait alors candidaté à des élections des délégués étudiants au conseil de direction et à la commission paritaire de l’établissement. Parmi les sept autres candidats sur cette liste figurait notamment Christophe Bay, un haut fonctionnaire ayant contribué officieusement au programme de Marine Le Pen en 2017. De quoi brouiller l’image de l’ancienne juppéiste, qui se pose depuis le début de sa campagne comme un rempart contre l’extrême droite.

« Complètement oublié »

Nathalie Loiseau a d’abord nié les faits, avant d’assurer lundi qu’elle avait « complètement oublié cet épisode ». Elle a ensuite expliqué à Mediapart avoir été « approchée pour participer à une liste qui voulait accentuer le pluralisme à Sciences Po, alors quasi inexistant, et qui cherchait des femmes ». Et n’avoir alors « pas perçu » la couleur politique de cette liste. « J’aurais sans doute dû regarder de plus près de quoi il s’agissait », a-t-elle concédé.

 

Le monde