Leukocratie: La Leukocrate Marion Maréchal Le Pen”La théorie du grand remplacement «n’est pas absurde» pour Marion Maréchal”

Dans un article de l’hebdomadaire britannique The Economist, Marion Maréchal multiplie les divergences idéologiques avec Marine Le Pen.

Nul besoin d’un retour politique pour s’opposer à Marine Le Pen. Dans un long article de l’hebdomadaire britannique, The Economist , consacré à l’Institut des sciences sociales éconmiques et politiques (ISSEP) et à sa directrice, Marion Maréchal s’invite une fois de plus dans le débat politique. Livrant sans ambiguïté qu’elle «reviendrait certainement à la politique» – sans être plus prolixe en termes de calendrier – la toujours retraitée du jeu électoral a multiplié les sorties la différenciant idéologiquement d’avec sa tante.

Du «conservatisme» dont elle continue de se réclamer, quand Marine Le Pen accuse ce courant d’aller «à l’encontre de la méritocratie». De l’étiquette de «populiste» qu’elle rejette, quand Le Pen s’en pare volontiers. Ou de sa volonté de faire tomber les digues entre droite traditionnelle et nationaliste, à rebours de la présidente du Rassemblement national qui qualifie le projet d’«union des droites» d’«arlésienne qui n’a jamais marché», préférant tendre la main aux électeurs de Jean-Luc Mélenchon, avec qui elle reconnaissait «certaines convergences», dans une interview récente à Valeurs actuelles.

Le Figaro

_______________________________________________________________________________

Article original: The Economist
20/03/2019

Le quartier de la Confluence, Lyon, qui a été réaménagé, est un laboratoire de vie moderne et écologique. Un bus électrique autonome conduit le long du Rhône et une architecture verte surplombe les anciens docks. Les cafés situés au bord de l’eau servent des aliments diététiques et les centres artistiques s’installent sur des terrains industriels anciens. Le nouvel afflux de types métropolitains dans le district a permis à Emmanuel Macron de remporter 82% des suffrages au deuxième tour de l’élection présidentielle française de 2017 contre le nationaliste Marine Le Pen.

Pourtant, aujourd’hui, ce quartier est aussi le nouveau foyer improbable d’une sorte d’expérience assez différente, dirigée par le plus jeune membre de la dynastie politique Le Pen. L’Institut de sciences sociales, économiques et politiques a ouvert ses portes l’automne dernier dans une rue secondaire privée. C’est l’idée originale de Marion Maréchal, nièce de Marine et petite-fille de Jean-Marie, fondateur du Front national (maintenant le rallye national). En théorie, Mme Maréchal, 29 ans, a renoncé à la politique après avoir été élue à l’Assemblée nationale pour un mandat en 2012 alors qu’elle était encore étudiante en droit. En réalité, la troisième génération, Le Pen, a des projets ambitieux pour façonner le programme de droite, en dehors de la politique électorale.

Economist

1 Comment