Leukocratie, Guadeloupe occupée: Emmanuel Macron-Nogues “Ta mère mérite mieux que ça”

Featured Video Play Icon

Lors de sa visite à Saint-Martin, le président est allé à la rencontre des habitants du village populaire de Quartier-d’Orléans. 

En pleine tournée caribéenne qui doit s’achever ce dimanche à Saint-Barthélemy, Emmanuel Macron était ce samedi de visite sur l’île de Saint-Martin, dévastée il y a un an par l’ouragan Irma qui avait causé de nombreux dommages dans cette collectivité d’Outre-Mer. Le chef de l’Etat, qui se dit en colère quant à la trop lente reconstruction de l’île à la suite de la catastrophe naturelle, a assuré aux habitants du village pauvre et populaire de Quartier-d’Orléans une mobilisation afin d’atténuer les “impatiences et les difficultés qui demeurent” et de relancer le tourisme.

“Les braquages c’est fini, hein?”

Une séquence en particulier aura retenu l’attention. Toujours dans Quartier-d’Orléans, Emmanuel Macron a pu rencontrer un ancien braqueur qui venait de sortir de prison. Au cours d’un vif entretien, le locataire de l’Elysée a fait promettre à son interlocuteur de ne “pas rester comme ça et (de ne) pas refaire des bêtises. Les braquages c’est fini hein? Tu me l’as dit? Tu n’oublies pas?”

Puis, évoquant de nouveau la situation de Saint-Martin, Macron a tancé le jeune homme quant à son futur. “Il faut du travail pour faire les travaux, pour reconstruire, des jeunes comme toi là, t’es costaud comme tout, il faut que tu travailles là-dedans” lui a-t-il expliqué.

 

Quatre heures de visite

La conversation se clôt par la phrase suivante: “Ta mère mérite mieux que ça.” Cette dernière, également présente lors de la conversation, étreint, en pleurs, le président de la République.

Au final, la visite du village aura duré plus de quatre heures, durant lesquelles le convoi présidentiel a très largement dévié de l’itinéraire prévu. Des changements en adéquation avec ses propos tenus dans le Journal du Dimanche de ce jour, au cours duquel il assure ne pas vouloir “se dérober” et vouloir sa rapprocher de ses concitoyens. Samedi, plusieurs conversations avec certains Saint-Martinois ont dépassé le quart d’heure.