Leukocratie, Extreme Centre Blanc: une Marianne pendue par des militants d’Action française

Action française refait parler d’elle. Plusieurs militants de sa branche toulousaine ont décidé de « condamner à mort la République », selon leurs propres termes, à leur façon samedi 29 février, raconte La Dépêche du Midi. Des photos d’une poupée à l’effigie de Marianne, symbole de la République, pendue sur le Pont-Neuf à Toulouse par une dizaine de personnes, ont ainsi été relayées. « Réveil matinal pour nos militants toulousains qui s’en allaient ce matin condamner à mort et pendre Marianne sur le Pont-Neuf pour signifier la trahison séculaire de la République ! » pouvait-on lire sur le compte d’Action française – Toulouse.

 

Un message accompagné notamment du hashtag #ABasLaGueuse. « Contre un régime instable, irresponsable, à court terme et qui divise, contre une république centralisatrice soumise aux lobbies qui sacrifie le bien commun aux intérêts particuliers et à la démagogie, vite la Monarchie ! Pour que vive la France, vive le roi ! » ont ajouté les militants sur leur compte Twitter. De quoi provoquer la colère de plusieurs personnalités politiques locales, qui ont demandé des sanctions dans ce dossier.

Action Française – Toulouse@AF_Toulouse
 

🔴 ⚜️ Réveil matinal pour nos militants toulousains qui s’en allaient ce matin condamner à mort et pendre Marianne sur le Pont Neuf pour signifier la trahison séculaire de la république ! [1/2]

Voir l'image sur TwitterVoir l'image sur TwitterVoir l'image sur TwitterVoir l'image sur Twitter
66 personnes parlent à ce sujet

 

« Ces actes inadmissibles doivent être sanctionnés par la justice »

Georges Méric, président (PS) du Conseil départemental de la Haute-Garonne, a « condamné fermement » cette « action intolérable » sur Twitter. « Face à de tels agissements, c’est toute la République qui doit être unie. Nous veillerons à ce qu’elle fasse barrage au barbarisme et à l’intolérance que véhicule dans notre pays la droite la plus extrême. Ces actes inadmissibles doivent être sanctionnés par la justice », a-t-il ajouté. Des propos qui font écho à ceux du maire (LR) de la Ville rose, Jean-Luc Moudenc, pour qui « ces militants seraient mieux inspirés de défendre leur proposition politique plutôt que de provoquer ». Pour Sébastien Vincini, conseiller départemental et premier secrétaire du Parti socialiste en Haute-Garonne, « il est inacceptable que de telles manifestations s’organisent en toute tranquillité dans les rues ».

Jean-Luc Moudenc

@jlmoudenc

 

Je condamne l’acte symbolique agressif et irrespectueux des militants d’AF contre Marianne, figure du régime choisi par le Peuple français.
Ces militants seraient mieux inspirés de défendre leur proposition politique plutôt que de provoquer.https://actu.fr/occitanie/toulouse_31555/toulouse-militants-laction-francaise-pendent-mort-marianne-creent-polemique_31839162.html 

Toulouse. Les militants de l’Action Française pendent “à mort” “Marianne” et créent la polémique

Samedi 29 février, des militants de l’Action Française ont défilé dans les rues de Toulouse avant de pendre “Marianne” depuis le pont Neuf. Les réactions indignées se multiplient.

actu.fr

53 personnes parlent à ce sujet
 
 

Lire aussi Coignard – Éric Coquerel : une tarte devenue affaire d’État !

Les réactions des politiques et la couverture médiatique de cette action ont fait réagir le mouvement royaliste et nationaliste. « Il est honteux et inquiétant que notre action potache d’hier ait davantage retenu l’attention des médias et élus républicains que notre action du 30 novembre dernier, qui visait à alerter sur le rachat américain de Latécoère, entreprise française, fleuron stratégique », peut-on lire sur le compte d’Action française – Toulouse, pour qui cela prouve « que la République est trop faible pour défendre les intérêts de la France et préfère défendre aveuglément ses symboles et ses valeurs abstraites, au détriment des Français et du bien commun ». Sur son compte Twitter officiel, Action française a également justifié cette action, nécessaire pour dénoncer « l’imposture républicaine », selon le mouvement. Dans la soirée du dimanche 1er mars, les autorités n’avaient pas réagi officiellement à cet acte et aucune personne n’avait été interpellée malgré les demandes des politiques.

 

Le Point.fr