Leukocratie: Eric Morvan quitte ses fonctions de directeur général de la police nationale

Après deux ans et demi passés à la tête des 150 000 fonctionnaires de police, le directeur général de la police nationale, Éric Morvan, jette l’éponge. Âgé 62 ans et après 43 ans au service de l’État, le patron des flics a choisi de devancer l’appel de la retraite, alors que les hauts fonctionnaires partent à 65 ans – et peuvent même prolonger jusqu’à 67 ans, depuis une loi votée en 2011. Le bruit de son départ courait depuis le début de l’été. Il l’a annoncé lui-même, lundi, à ses homologues préfets lors de ses vœux.

C’est un haut fonctionnaire qu’on dit exténué après une période très intense à ce poste très exposé. Même si côté pression, Éric Morvan n’avait rien d’un bleu, il a en effet vécu les attentats terroristes de 2015 avec Bernard Cazeneuve alors ministre de l’Intérieur, dont il fut le directeur de cabinet adjoint. Mais à la Direction générale de la police nationale (DGPN), c’est lui qui était en première ligne.

Gilets jaunes et suicides dans la police

La crise des Gilets jaunes et le maintien de l’ordre au niveau national comme à Paris ou la vague de suicides de policiers – 59 en 2019, une année noire – ont atteint de plein fouet ce serviteur de l’État décrit comme « humain » à son arrivée en fonction alors que son prédécesseur Jean-Marc Falcone était perçu assez distant par ses troupes ; il avait notamment été pris à partie par des policiers de terrain à Évry en octobre 2016 au sortir d’une réunion organisée en urgence après l’attaque de fonctionnaires dans leur véhicule en feu à Viry-Châtillon.

Éric Morvan, lui, n’a pas eu à subir un tel affront. En dépit du matraquage médiatique, il n’a jamais cédé aux injonctions du mouvement dit des « policiers en colère » qu’il n’a jamais reçu. En républicain, il a estimé que seules les organisations syndicales, dont les représentants sont élus par leurs collègues, sont légitimes pour parler au nom des fonctionnaires. Son « impopularité », il la doit principalement à son absence de démagogie. Lors des débats sur le maintien de l’ordre à propos des Gilets jaunes, il refusait de mettre sur un pied d’égalité émeutiers, dont il estimait la violence illégitime, et gardiens de la paix qui détiennent, à ses yeux, le monopole de la « violence légale ». On lui a également reproché de ne pas être issu des rangs de la police. Son prédécesseur, M. Falcone, qui fut pourtant commissaire de police, ne fut pas plus populaire pour autant.

Police de sécurité du quotidien

Néanmoins, Éric Morvan a eu à subir les sarcasmes après la diffusion de sa note, révélée par l’auteur de ses lignes sur son compte Twitter, contre les suicides de policiers qui préconisait d’organiser des barbecues et plus généralement des moments de convivialité entre collègues. Difficile de tirer un bilan de l’ensemble de son action à la tête de la DGPN, tant les chantiers restent encore ouverts. À son actif, il a su mettre en place, avec Jean-Marie Salanova, à la tête de la Direction centrale de la sécurité publique, la police de sécurité du quotidien, une mesure à laquelle tenait particulièrement Emmanuel Macron et qu’il avait lancée durant sa campagne présidentielle victorieuse.

Selon nos informations, Éric Morvan devrait mettre à profit sa retraite pour s’occuper de sa famille et vivre pleinement sa passion pour le bateau. Contactée, la Direction générale de la police nationale n’a pas souhaité commenter le départ de son patron. Le ministre de l’Intérieur Christophe Castaner et son secrétaire d’État Laurent Nuñez devront rapidement trouver un successeur au futur retraité. Le candidat doit également être adoubé par Patrick Strzoda, le directeur de cabinet du président de la République, qui avait convaincu Emmanuel Macron de nommer Didier Lallement, préfet de police à Paris.

Le Point