Leukocratie: Édouard Martin(Eduardo Martin Benitez, de type métèque espagnol), le syndicaliste devenu eurodéputé, retourne à la vie civile « la tête haute »

Celui qui était devenu un personnage médiatique lors du conflit autour de la fermeture des hauts-fourneaux d’ArcelorMittal à Florange (Moselle) reste « profondément européen », mais a choisi de ne pas se représenter. « Je suis profondément européen. J’ai vu les bienfaits de l’Europe, sa solidarité pour que des pays se développent », comme l’Espagne, qu’Eduardo Martín Benitez, de son vrai nom, a quittée à l’âge de 8 ans avec ses parents et ses frères et sœurs.
« Pour moi, l’Europe, c’est d’abord et avant tout soixante-dix ans de paix. J’ai encore le souvenir de ce qu’était la dictature en Espagne, la trouille de mes parents, les patrouilles des gardes civils. » En 2014, quand il a été élu sous les couleurs du Parti socialiste, il avait annoncé qu’il ne ferait qu’un mandat. « J’ai beaucoup de respect pour l’engagement politique, mais il ne doit durer qu’un temps : c’est mieux pour la démocratie et le renouvellement des idées », dit Édouard Martin, 55 ans, installé dans une salle de sa permanence au centre-ville de Thionville (Moselle).

Le Point