Leukocratie: Christophe Castaner nommé ministre de l’intérieur

Le secrétaire d’État aux Relations avec le Parlement, et patron de la République en Marche, remplace Gérard Collomb place Beauvau.

Après huit jours d’hésitations, de réflexions, de tiraillements entre l’Elysée et Matignon, décision a été prise de nommer Christophe Castaner au ministère de l’Intérieur. Il remplace Édouard Philippe, qui occupait le fauteuil en intérim, le temps de… Le politique de 52 ans récupère surtout le maroquin d’un autre fidèle de la première heure d’Emmanuel Macron, Gérard Collomb. Au jeu du fidèle contre fidèle, lui n’a jamais déçu le « patron ».

AdChoices
PUBLICITÉ

Élu socialiste, tendance rocardienne, le député-maire de Forcalquier (Alpes-de-Haute-Provence) a rejoint le « nouveau monde » de Macron après la déception des régionales de 2015. « Casta » n’a jamais lâché son candidat depuis qu’il a été le rapporteur, à l’Assemblée nationale, de sa loi croissance.

Porte-parole durant la campagne présidentielle, il hérite, sitôt l’Elysée gagné, du secrétariat d’Etat chargé des Relations avec le Parlement. Surtout, porte-parole du gouvernement, il est la voix d’Emmanuel Macron sur toutes les ondes. Un pur bonheur pour cet homme du sud qui marche à l’affect, et pour lequel il s’engage pleinement. Parfois en se prenant les pieds dans le tapis : Raffarin avait ses « raffarinades », lui dit parfois des « castaneries ».

Déconvenue il y a quasiment un an : en novembre 2017, le président lui demande de devenir le délégué général d’En Marche, avec l’épineuse mission d’en faire un parti post-victoire électorale. Pas le choix, il n’y a personne d’autre pour la mission, lui dit-il. Il faudra trois demandes pour le convaincre. A contrecœur, Christophe Castaner transmet le témoin à Benjamin Griveau. Avec Collomb et Ferrand, le tour des « marcheurs » expérimentés est vite fait.

Mais ministre, Castaner en a toujours rêvé. Et de l’Intérieur, l’un des ministères les plus exposés, aussi, malgré le rythme effréné qu’il engage.

 

Emmanuel Macron aurait jusqu’au bout tenté de convaincre Jean-Yves Le Drian. Édouard Philippe ne voulait pas de Castaner à l’Intérieur. Mais faute de poids lourds, il fallait trancher. Avantage Casta.

Le Parisien