Leukocratie, Bon Sens: L’Assemblée Nationale impose le Drapeau National dans toutes les salles de classe(Màj: Jean Michel Blanquer veut y rajouter le drapeau communautariste de la Blanc-rope)

LE SCAN POLITIQUE – Le député LR des Alpes-Maritimes a déposé un amendement pour rendre obligatoire le drapeau tricolore dans toutes les classes, de la maternelle au lycée. L’Assemblée l’a adopté, en le complétant avec la préscence du drapeau européen.

En plein examen du projet de loi de Jean-Michel Blanquer, pour une école de confiance, l’amendement d’Éric Ciotti rendant obligatoire le drapeau français dans toutes les classes, de la maternelle au lycée, a été adopté. Les députés ont complété l’amendement en prévoyant dans sa rédaction finale que la présence du «drapeau tricolore, bleu, blanc, rouge, du drapeau européen, ainsi que des paroles du refrain de l’hymne national est obligatoire dans chacune des salles de classe des établissements du premier et du second degré, publics ou privés sous contrat».

Le ministre de l’Éducation nationale, Jean-Michel Blanquer, favorable à la disposition proposée par Éric Ciotti, a assuré que la mesure pourrait s’appliquer «de façon très simple», avec plutôt qu’un drapeau, une affiche «à des coûts tout à fait assumables par le ministère».

Un autre amendement LR réclamant la levée obligatoire du drapeau tricolore et la pratique de l’hymne national au minimum une fois par semaine dans les classes a en revanche été rejeté ce mardi.

Pour le député LR des Alpes-Maritimes qui y voit «une avancée importante», son amendement doit «servir à réinstalleurs les valeurs de la République» au cœur du fonctionnement scolaire et permettre à l’école «de transmettre des repères». Invité de la matinale de France Info, mercredi, Éric Ciotti a insisté sur la nécessité «d’aimer la France et de faire aimer la France dès le plus âge» en développant «le sentiment patriotique». Pour lui, cette disposition permettrait de créer «des digues contre les multiples fléaux qui menacent notre pays». Et de rappeler qu’en 2015, plus de «200 incidents avaient perturbé la minute de silence organisée dans les écoles au lendemain des attentats».

Le Figaro