Leukocratie: Alain Charmeau, PDG d’Arianne Groupe, supprime 2300 Postes

Le constructeur d’Ariane, ArianeGroup, a confirmé aujourd’hui qu’un plan de compétitivité allait provoquer la suppression de 2 300 postes sur les 9 000 que compte le groupe spatial avec ses filiales. La suppression des postes s’étalera jusqu’en 2023 et doit permettre de faire face à la chute de l’activité suite à la fin du développement du nouveau lanceur Ariane 6.

La nouvelle fusée doit effectuer son premier vol en juillet 2020. Les besoins dans les équipes de développement seront donc moindres et poussent la direction à adapter la taille du groupe à ses besoins. D’autant qu’ArianeGroup doit continuer à gagner en compétitivité face à des concurrents redoutables comme l’Américain Space X. 

Le site de Toulouse peu concerné

 « L’approche retenue se veut pragmatique et vise à éviter un plan social. Les organisations syndicales ont été informées »  a assuré la direction d’ArianeGroup. À Toulouse, seul un site de la coentreprise entre Airbus et Safran est encore en activité. Il s’agit du site du Ramier où est produit le carburant de la fusée Ariane. Anciennement connu sous le nom de la SNPE, l’entreprise a successivement pris les noms de Safran Herakles puis Airbus Safran Launchers et enfin ArianeGroup.

La Depeche