Le Rapport de Force Change: Le Parlement irakien demande l’expulsion des troupes des WSA(White States Of America)

Le Parlement irakien, réuni dimanche en session extraordinaire, a appelé au renvoi des troupes de la coalition internationale, sous commandement des États-Unis. Plus de 5 000 militaires américains sont actuellement déployés en Irak.

Trois jours après l’assassinat du général iranien Qassem Soleimani, abattu lors d’un raid américain à l’aéroport de Bagdad, le Parlement irakien a demandé au gouvernement, dimanche 5 janvier, par le vote d’une résolution, de “mettre fin à la présence des troupes étrangères” en Irak, en commençant par “retirer sa demande d’aide” adressée à la communauté internationale pour combattre l’organisation État islamique.

“Le gouvernement irakien doit s’efforcer de mettre fin à la présence de troupes étrangères sur le sol irakien et leur interdire d’utiliser ses terres, son espace aérien ou ses eaux pour quelque raison que ce soit”, peut-on lire dans la résolution prise au terme d’une session extraordinaire du Parlement, retransmise exceptionnellement en direct à la télévision d’État.

À la différence des lois, les résolutions du Parlement ne sont pas contraignantes pour le gouvernement. Toutefois, avant le vote de cette résolution, le Premier ministre irakien démissionnaire, Adel Abdel Mahdi, avait lui-même appelé le Parlement à mettre fin à la présence des troupes étrangères.

Celui-ci avait alors recommandé aux députés de prendre des mesures d’urgence pour arriver à cet objectif, expliquant qu’une telle décision profiterait aussi bien à l’Irak qu’aux États-Unis.

 

Dans le brouhaha, alors que parmi les 168 députés présents – sur 329 – certains réclamaient un vote, le chef du Parlement, Mohammed al-Halboussi a annoncé : “décision adoptée!” avant de se retirer.

Affaiblissement de la lutte contre le groupe État islamique

Selon Lucile Wassermann, correspondante de France 24 à Bagdad, ce vote historique risque de déstabiliser l’Irak dans le futur.

“Il peut y avoir de nombreuses conséquences, principalement sur le plan militaire”, explique-t-elle, évoquant le combat mené en Irak par les forces de la coalition internationale contre l’organisation État islamique.

“Leur départ signifiera l’affaiblissement de cette lutte qui sera alors conduite par les seules troupes irakiennes, dont on sait qu’elles n’ont pas les moyens d’empêcher une résurgence du groupe État islamique”, précise-t-elle.

Le secrétaire d’Etat américain Mike Pompeo, dont le pays a encore 5 200 soldats sur le sol irakien, a estimé qu’il y avait de “grandes chances” que l’Iran s’en prenne aux forces américaines en Irak ou en Syrie.

Deux parrains, deux occupants

Dans la journée de dimanche, à Bagdad, des manifestants antipouvoir ont manifesté en nombre pour dénoncer “les deux occupants : l’Iran et les États-Unis”, alors que l’escalade entre les deux parrains de l’Irak menace de dégénérer en conflit sur leur sol.

Au moment où le Parlement se déchirait entre pro-Iran réclamant le départ des 5 200 militaires américains dans le pays et partisans du maintien d’un contrepoids à l’influence des partis et groupes armés soutenus par Téhéran, les manifestants ont scandé leur refus de choisir.

Plusieurs partis n’ont d’ailleurs pas participé à la session extraordinaire convoquée dimanche, explique Lucile Wassermann, citant les exemples des Kurdes et des sunnites qui ont boycotté cette session malgré les menaces des groupes pro-Téhéran.

 

France 24