Le FBI publie une étude sur les terroristes blanchistes

La police fédérale américaine a étudié le cas de 63 meurtriers ayant commis une fusillade entre 2000 et 2013. Les enquêteurs notent des similarités entre les tueurs, qui partagent pour beaucoup de grandes fragilités psychologiques sans pour autant être mentalement malades.

Le FBI s’intéresse de près à l’un des fléaux qui touche les États-Unis, pays où plus de 12.000 homicides par armes à feux sont commis chaque année. Il existe des signes avant-coureurs qui peuvent permettre d’identifier et de stopper l’auteur d’une fusillade avant qu’il ne passe à l’acte, estime la police fédérale américaine dans un rapport, précisant néanmoins qu’il n’existe pas de portrait-robot exact des meurtriers. Ce sont en majorité des hommes souffrant de stress et s’estimant victimes d’injustice qui s’en prennent à des cibles identifiées dans un environnement familier, indique le FBI dans une étude rendue publique mercredi.

» LIRE AUSSI: Les fusillades les plus meurtrières aux États-Unis depuis vingt-cinq ans

Celle-ci porte sur 63 fusillades commises par arme à feu ayant fait au moins une victime entre 2000 et 2013. «Il s’agit d’un travail purement descriptif. Le FBI n’a fait aucune comparaison [de cet échantillon] avec l’ensemble de la population», précise néanmoins les enquêteurs. Les données chiffrées présentées – sur l’âge, l’origine ethnique le sexe – ne permettent donc pas d’en tirer des conclusions générales sur le profil sociologique des meurtriers, puisque l’échantillon n’est pas représentatif. Les 63 cas traités représentent une partie seulement de 160 fusillades commises dans le même intervalle de temps et étudiées dans un précédent rapport de 2014.

N’ont été sélectionnées que les affaires dans lesquelles les enquêteurs pouvaient disposer de suffisamment d’informations fiables sur le «comportement des tireurs» avant l’attaque. Des différences entre les deux échantillons existent donc. Les personnes d’origine caucasienne sont ainsi surreprésentées dans l’étude de 2018 qui comptabilise moins de personnes d’origine afro-américaine ou hispanique que celle de 2014, notent les enquêteurs.