Jeux Olympiques Blancs: Alexis Pinturault, 1er de la coupe du Monde de Luge

Le skieur de Courchevel Alexis Pinturault a remporté samedi à Soldeu (Andorre) le géant des finales de Coupe du monde et est désormais assuré de terminer la saison au 2e rang du classement général derrière Marcel Hirscher.

Près d’un an et demi après votre dernier succès en géant (9 décembre 2017 à Val d’Isère), quel est votre sentiment après cette victoire dans la discipline ?
Ça fait plaisir ! C’était un des objectifs de la saison, renouer avec le succès en géant. C’est sûr, j’ai dû attendre la dernière course de l’hiver, mais c’est un peu le point sur le ”i” pour finir. J’ai fait une très bonne première manche (meilleur chrono), ensuite en deuxième il était important de bien partir, de maintenir un bon rythme, et ensuite je savais que le dernier mur serait plus compliqué. J’ai lâché un peu trop tôt, mais sans trop d’incidence car j’avais encore un peu d’avance.

 
 
 
 
 

Qu’avez-vous pensé des conditions de course ?
C’était une très belle piste, avec un super profil et le slalom de dimanche s’annonce aussi très chouette. Soldeu, c’est un très bel endroit pour accueillir des Coupes du monde. L’organisation est excellente, il y a des grandes classiques de l’hiver qui sont beaucoup moins bien organisées. Ici ils n’ont peut-être pas l’habitude de nous accueillir, mais quand ils le font, ils le font très bien.

 
« Je suis content d’avoir répondu ici de belle manière et d’avoir eu les reins solides »
 

Vous avez douté ces derniers 18 mois quant à vos capacités de vous imposer en géant ?
Pas forcément du doute, car techniquement, cet hiver c’était bien mieux que l’an dernier, mais je sais que je devais encore travailler sur certaines conditions de neige, notamment quand c’est très glacé. Et c’est toujours le cas.

 

La journée a été riche en émotions avec l’abandon de Thomas Fanara en première manche, pour la dernière course de sa carrière…
J’avais dit à Thomas que l’idéal aurait été qu’il gagne la première manche pour qu’on l’attende tous en bas à la fin pour fêter son départ. Malheureusement, ça ne s’est pas passé comme ça mais il a fait un très bel hiver et je lui tire mon chapeau. C’est une belle personne, j’ai pris énormément de plaisir à le côtoyer toutes ces années et c’est un grand copain qui s’en va.

 

Votre deuxième place au classement général est assurée avant même le slalom de dimanche. C’est une autre satisfaction ?
C’est chouette, surtout que Kristoffersen revenait fort ces derniers temps et ça m’a un peu déstabilisé à Kranjska Gora la semaine dernière. Je suis content d’avoir répondu ici de belle manière et d’avoir eu les reins solides. Je ne vais pas fêter ça ce soir car on a slalom dimanche, mais on aura le temps d’en profiter un peu plus tard ! »

L’Equipe