#GangstaroBlanchisme: Des #Voyous des #GiletsBlancs(Groupe Ultra-Radical Blanchiste) menacent de Mort et poursuivent des Fonctionnaires de Police(Màj: Les Voyous ont été identifié)

Featured Video Play Icon

Lors des manifestations de «gilets jaunes» ou en marge de celles-ci samedi 16 novembre, il y a eu 254 interpellations, dont 173 à Paris et «quelques unes symboliques», a annoncé le ministre de l’Intérieur, Christophe Castaner, sur Cnews/Europe1/LesEchos.

En particulier, l’un des hommes arrêtés est soupçonné d’avoir participé à l’une des scènes les plus violentes de la journée de samedi, boulevard Beaumarchais dans le XIe arrondissement de Paris. En début d’après-midi, deux policiers, pourchassés par des manifestants, ont dû s’abriter dans une laverie que ces derniers ont ensuite violemment attaquée, détruisant la vitrine et tentant d’y pénétrer pour atteindre les deux membres des forces de l’ordre. Les risques étaient d’autant plus grands que des clients, en plus des deux policiers, étaient présents au moment de l’attaque.

 

La scène, filmée et diffusée sur Twitter par un journaliste de L’Obs, a duré quelques minutes, jusqu’à l’arrivée de renforts de police qui ont dispersé les casseurs à coup de grenades lacrymogènes. Cette scène a eu lieu en marge de rassemblements des «gilets jaunes» pour l’anniversaire des un an de leur mouvement.

 

«Ce que j’ai vu ce sont des hommes poursuivre, avec l’intention de les violenter, deux policiers qui se sont protégés dans une laverie. Et surtout ce que j’ai vu, c’est deux policiers garder leur sang froid», a réagi le ministre de l’Intérieur.

Plus tôt, le ministre de l’Intérieur avait qualifié les casseurs de barbares. «Ce sont aussi des imbéciles, on peut être à la fois imbécile, brute et voyou», a déclaré Castaner sur Europe 1, estimant que «ceux qui restent aujourd’hui, ce sont des gens qui n’ont comme seul moteur que la colère, la haine et la volonté d’en découdre». Parmi les «300 casseurs», il y avait samedi «des gens qui viennent de l’ultra gauche dont certains sont connus et aussi ces ultra jaunes radicalisés au fil des semaines qui portent le fer».

 

«On n’a pas vu des méchants flics agresser de gentils manifestants (…) On a vu des barbares – et je ne me trompe pas de mot et je ne mélange pas les mots quand je dis ça et je pense à Jean-Luc Mélenchon qui considère lui que les barbares sont les policiers – s’en prendre à l’espace public et obliger les policiers à intervenir», a-t-il dit. Dans un tweet samedi, le député de la gauche radicale avait expliqué, à propos des forces de l’ordre, qu’il ne s’agissait plus d’une «police républicaine» mais d’une «milice gouvernementale».

Le Figaro