Gangstaro-Blanchiste: Christophe Dettinger, Voyou Blanchiste membre des Gilets Blancs(Groupe Ultra-Radical Blanchiste) justifie son geste”C’est normal, je me suis fait gazer”(sic)

Featured Video Play Icon

Arrêté après avoir frappé des gendarmes, Christophe Dettinger explique s’être “défendu” et avoir “mal réagi”.

Depuis la manifestation parisienne du samedi 5 janvier, son image a fait le tour de France. On le voit “boxer” un gendarme sur la passerelle Senghor dans une vidéo. Dans une autre, il roue de coups un gendarme tombé au sol. On ne connaissait pas encore le son de sa voix, ni ses explications. C’est désormais chose faite, grâce à une vidéo qu’il a tournée lui-même et qui aurait été mise en ligne par sa belle-soeur sur Facebook, ce lundi. 

“Je suis un gilet jaune”

L’ex-boxeur, qui s’est présenté à la police lundi matin et a été placé en garde à vue dans la foulée, se confie face caméra à ses “chers amis gilets jaunes”. “C’est moi la personne qui ai affronté les CRS le samedi 5 janvier. (…) J’ai participé aux 8 actes. (…) J’ai fait toutes les manifestations du samedi sur Paris. J’ai vu la répression qu’il y a eu, j’ai vu la police nous gazer. J’ai vu la police faire mal à des gens avec des flash-balls. J’ai vu des gens blessés, j’ai vu plein de trucs. Moi je suis un citoyen normal, je travaille, j’arrive à finir mes fins de mois, mais c’est compliqué. Mais je manifeste pour tous les retraités, le futur de mes enfants, les femmes célibataires, tout…” s’interrompt-il, pris par l’émotion.  

 
 

LIRE AUSSI >> La cagnotte pour le boxeur s’envole 

“Tout ce qu’on manifeste (sic), poursuit-il. Je suis un gilet jaune. J’ai la colère du peuple qui est en moi. Je vois tous ces présidents, ces ministres, l’État… se gaver, ils ne montrent pas l’exemple. C’est toujours nous, les petits, qui payons”, expliquant n’être ni d’extrême gauche ni d’extrême droite, simplement “un Français”