Gangstaro-Blanchisme: Valentin Bellevile, photoreporter blessé à la fesse et la cuisse pendant les émeutes des Voyous des Gilets-Blancs(Groupe Ultra-Radical Blanchiste)

Samedi 9 février 2019, 16h40. La tension est à son comble place du Capitole, à Toulouse, pour l‘acte XIII des gilets jaunes. Des échanges de tirs entre policiers et gilets jaunes se succèdent depuis une dizaine de minutes. Aux jets de projectiles des manifestants, les forces de l’ordre répliquent par l’usage du canon à eau, des tirs de LBD et de grenades de désencerclement. Dans ce chaos devenu hebdomadaire, deux personnes ont été blessées, comme l’évoquait Actu Toulouse samedi : une manifestante, touchée à la tête. Mais aussi un jeune photographe de presse.

Lire aussi : Acte XIII des gilets jaunes : des milliers de manifestants, 2 blessés et 11 interpellations à Toulouse

« Clairement identifiables et loin des manifestants »

Ce journaliste, c’est Valentin Belleville, étudiant à l’EJT et qui travaille pour l’agence Hans Lucas. Positionné au Capitole, en compagnie de deux autres photographes (Ulrich Lebeuf, de Libération, et Éric Lerbret, un indépendant), il a reçu une grenade envoyée par les forces de l’ordre, « alors que nous étions clairement identifiables et loin des manifestants », insiste-t-il. Un journaliste d’Actu Toulouse, placé à quelques mètres de là, a filmé le moment où on entend la grenade de désencerclement dégoupiller, puis on la voit exploser du côté des trois journalistes (à partir de 30 secondes environ) :