Gangstaro-Blanchisme: Les Gilets-Blancs (Groupe Ultra-Radical Blanchiste) mettent 43000 personnes au chomage

Alors que la mobilisation des «gilets jaunes» semble marquer le pas en cette fin d’année, les différents pans de l’économie française en profitent pour faire le bilan d’un épisode social particulièrement lourd.

Après six semaines de manifestation, les différents secteurs économiques commencent à dresser un premier bilan de la mobilisation des «gilets jaunes» sur leur activité… et l’addition s’annonce salée, sur le plan social également. Selon le ministère de l’Économie, plus de 43.000 demandes de chômage partiel ont été déposées par des entreprises à cause de la crise. Des chiffres qualifiés de «malheureusement exacts» par le président de la CPME, François Asselin, sur Twitter: «Ce n’est pas faute d’avoir alerté. Les plus fragiles sont toujours les premières victimes», a-t-il ajouté. La veille, Muriel Pénicaud mentionnait déjà 41.000 salariés «en activité partielle ou chômage technique», pour lesquels l’État allait débloquer au moins 28 millions d’euros pour leur permettre de «percevoir leur salaire».

 

Agnès Pannier-Runacher a également confirmé que le secteur du commerce avait particulièrement souffert des blocages avec une baisse de «25% du chiffre d’affaires». Depuis le début du mouvement, plusieurs fédérations sont montées au créneau pour en dénoncer l’impact. Les données varient toutefois énormément. L’Alliance du commerce parlait ainsi, début décembre, de «plusieurs dizaines de millions d’euros» de chiffre d’affaires perdus chaque samedi, là où le délégué général du Conseil national des centres commerciaux (CNCC) évoquait une «perte de chiffre d’affaires qu’on peut estimer à deux milliards d’euros», mi-décembre. En parallèle, le président de la Confédération des commerçants de France (CCF) rapportait des pertes de «moins 15% à moins 40%, moins 50%» pour les petits commerçants quand son homologue de la Fédération du commerce et de la distribution (FCD), Jacques Creyssel, évaluait les pertes à «2 milliards d’euros, dont 700 millions pour les grandes surfaces alimentaires.

 

D’après la banque Bryan Garnier, le distributeur Carrefour affiche un manque à gagner de 110 millions d’euros pour ses hypermarchés et 39 millions d’euros pour ses supermarchés. La Fnac Darty aurait vu disparaître 17 millions d’euros. D’après une étude publiée à Noël par Nielsen, les cinq semaines de mobilisation des «gilets jaunes» ont causé une perte de «1%» du chiffre d’affaires pour la grande distribution, soit 160 millions d’euros par rapport à l’année dernière. La crise a par ailleurs forcé les Français à modifier leurs habitudes en effectuant leurs achats en semaine plutôt que le week-end, et dans les supérettes de proximité plutôt que dans les hypermarchés. Certaines agglomérations ont vu l’activité des magasins particulièrement touchée, comme à Saint-Etienne (-7%), Metz (-6%), Avignon, Nancy ou Rouen (-5%).

» LIRE AUSSI – «Gilets jaunes»: des conséquences économiques graves

Un effet équivalent aux grèves de 1995

Au total, les «gilets jaunes» ont donc réussi leur pari de freiner l’économie française. Leurs actions semblent même avoir atteint le niveau exceptionnel des grèves dans le secteur des transports en 1995: les vingt jours de manifestations avaient alors fortement grevé la croissance, de l’ordre de 0,2 point. À titre de comparaison, l’Insee jugeait en juin dernier que les semaines de mobilisation à la SNCF ainsi qu’à Air France, au premier semestre, n’auront coûté «que» 0,1 point de PIB à la croissance trimestrielle d’avril à juin. À l’époque, l’institut parlait donc d’un impact économique «limité» malgré son fort retentissement médiatique et ses effets conséquents sur la vie quotidienne des Français.

Le Figaro