Gangstaro-Blanchisme: Le Voyou Jonathan Daval(de Race Blanche jurisprudence Morano) avoue avoir brulé le corps de sa femme

Lors de la reconstitution du meurtre de son épouse Alexia Daval, Jonathann Daval a finalement admis avoir frappé et étranglé la jeune femme, puis avoir procédé à «la crémation partielle» de sa dépouille.

Il y a quelques jours, Me Gilles-Jean Portejoie, l’avocat de la sœur et du beau-frère d’Alexia Daval, confiait au Figaro qu’il espérait que la reconstitution du meurtre de la jeune femme provoquerait un «choc» semblable à celui de la confrontation entre Jonathann Daval et les proches de son épouse en décembre dernier. Son vœu a été exaucé: à l’issue de sept heures de reconstitution, le procureur de la République de Besançon Étienne Manteaux a annoncé à la presse que le suspect avait finalement admis avoir tenté de brûler le corps d’Alexia Daval après avoir frappé et étranglé cette dernière.

Dès les petites heures de la matinée, les enquêteurs, magistrats et avocats impliqués dans le dossier, de même que le suspect Jonathann Daval ainsi que les parents, la sœur et le beau-frère de la victime, s’étaient retrouvés à l’ancien domicile du couple, situé à Gray-la-Ville (Haute-Saône). C’est dans cette maison – cambriolée en mars – que le trentenaire aurait tué sa femme Alexia le soir du 27 octobre 2017. Autour de 9h30, les protagonistes de l’affaire avaient quitté Gray-la-Ville pour le bois d’Esmoulins, où le cadavre de l’employée de banque avait été retrouvé en partie calciné le 30 octobre 2017. La reconstitution avait pris fin vers midi.

«Au cours de cette reconstitution, la version de M. Daval a encore évolué», a souligné le procureur. «Il a expliqué que le 27 octobre 2017, à leur retour d’un dîner chez les parents d’Alexia Daval, un conflit était né parce que la jeune femme souhaitait avoir un rapport sexuel [le couple essayait d’avoir un enfant, NDLR] et que lui refusait. De ce désaccord serait né un conflit allant crescendo. Jonathann Daval a reconstitué la scène comme elle se serait passée selon lui: dans l’escalier, il aurait frappé le visage de sa femme contre un mur de béton, puis lui aurait asséné 5 à 10 coups de poing, et ensuite l’aurait étranglée pendant 4 minutes». Ce qui serait «parfaitement cohérent» avec les constatations des médecins légistes, a précisé le magistrat.

Un procès au second semestre 2020

Étienne Manteaux a souligné que le meurtrier présumé avait prouvé qu’il était capable de soulever le corps de sa femme et de traîner ce dernier jusque dans le bois d’Esmoulins, où le cadavre avait été retrouvé le 30 octobre 2017. Mais alors que la reconstitution était déjà bien avancée, Jonathann Daval «continuait à nier avoir porté atteinte au corps de son épouse». Finalement, «face à la demande pressante de ses beaux-parents qui l’ont imploré et après un temps d’échange avec ses conseils, il a admis qu’il avait non seulement donné la mort mais aussi procédé à la crémation partielle du corps», a conclu le procureur.

Juste après la conférence de presse d’Étienne Manteaux, les proches d’Alexia Daval se sont exprimés pendant quelques minutes face aux micros. Très émue, Isabelle Fouillot, la mère de la jeune femme, a notamment déclaré: «Nous voulions la vérité, nous l’avons eue. […] Alexia va peut-être pouvoir reposer en paix maintenant. […] C’est tellement dur pour l’instant… Le pardon, ça viendra peut être plus tard, chaque chose en son temps.»

Jonathann Daval devrait maintenant être reconduit à la maison d’arrêt de Dijon, où il est détenu depuis fin janvier 2018. L’information judiciaire autour de cette affaire devrait bientôt prendre fin, pour un procès qui aura probablement lieu «au second semestre de l’année 2020» devant la cour d’assises de Haute-Saône et du Territoire de Belfort, a précisé le procureur de la République. Pour l’heure mis en examen pour «meurtre sur conjoint», le trentenaire encourt la réclusion criminelle à perpétuité au titre de l’article 221-4 du Code pénal.

 

Le Figaro