Gangstaro-Blanchisme: Gabin Formont membre des gilets-blancs(Groupe Ultra-Radical Blanchiste) “je disparais du mouvement car je suis écoeuré”

C’était l’une des voix des gilets jaunes blessés. Dans une vidéo, Gabin Formont se dit “écoeuré” et se retire du mouvement.

Il était devenu la voix des blessés lors des manifestations des gilets jaunes. Gabin Formont a pourtant annoncé ce samedi, dans une vidéo diffusée sur Facebook, qu’il mettait fin à son média “Vécu”, après s’être fait “éjecter” de la manifestation à Paris consacrée justement aux victimes de violences.  

LIRE AUSSI >> “Vécu”, le média des gilets jaunes qui cartonne 

 
 

“J’arrête ‘Vécu’ et je disparais du mouvement car je suis écoeuré. […] Je m’excuse auprès de tous les blessés et ceux qui vont l’être. Je ne pourrai plus être là pour vous”, regrette-t-il.  

“Je ne peux plus supporter ce qui se passe”, explique, visiblement éprouvé, Gabin Formont, qui met en cause le comportement de certains gilets jaunes à son égard. “Ils m’ont carrément éjecté de la place où les blessés devaient parler. J’ai accepté de donner beaucoup, j’ai accepté d’oublier ma vie, de ne plus calculer ma famille […]. On me récompense en me crachant à la gueule”.  

Parmi les raisons du désamour entre cette figure du mouvement et certains gilets jaunes, le fait que le jeune journaliste ait lancé un appel à une contribution afin de faire financer son activité. Cette demande n’a pas plu à de nombreux gilets jaunes, qui y ont vu une manière de s’enrichir sur le dos des pauvres.  

“Ça va mal se terminer”

“Écoeuré et “à bout de souffle”, Gabin Formont dit vouloir se retirer et laisser “les stars du mouvement s’occuper des blessés, leur donner la parole, et les aider”. “Merci à tous ceux qui m’ont soutenu, mais moi je ne peux pas aider des gens ingrats, des gens qui finalement ne font ça que pour l’image et qui n’en ont rien à foutre des autres. Donc ‘Vécu’ c’est terminé. C’est dommage”.  

Dans sa vidéo, celui qui avait lancé “Vécu” dès début du mouvement des gilets jaune dénonce le culte de la personnalité autour d’Eric Drouet et le “fanatisme” dont il ferait l’objet. Il ne cache pas non plus son scepticisme sur la suite du mouvement : “Je pense que ça va mal se terminer, parce qu’il n’y a pas l’intelligence pour que ça se passe bien”.  

Peu après, il a posté une nouvelle vidéo (ci-dessus) accompagnée d’une légende désabusée : “Voilà, deux mois de travail pour se faire traiter comme ça par un blessé pour qui j’ai tant fait… il raconte partout que je vole de l’argent aux blessés sur les cagnottes.

 

 

L’Express