Gangstaro-Blanchisme: Des Voyous des Gilets Blancs(Groupe Ultra Radical Blanchiste) remettent en cause le travail des Fonctionnaires de Police

Featured Video Play Icon

Le directeur de la police nationale Eric Morvan a estimé lundi qu’il était “évidemment faux” de qualifier de “violences policières” une intervention des CRS dans un Burger King des Champs-Elysées, début décembre à Paris. Il répond ainsi à un haut-gradé de gendarmerie, qui affirme le contraire dans un documentaire diffusé par BFMTV.

Le directeur de la police, Eric Morvan, a réagi aux propos du colonel de gendarmerie Michael Di Meo.
Le directeur de la police, Eric Morvan, a réagi aux propos du colonel de gendarmerie Michael Di Meo. (Sipa/Capture BFMTV)
Partager sur :
  •  
  •  
  •  

C’est un documentaire qui vient raviver le conflit entre police et gendarmerie. Dans une enquête diffusée lundi soir sur BFMTV, et intitulée Police, au cœur du chaos, un haut-gradé de gendarmerie reconnait des “violences policières” commises lors de l’acte 3 des Gilets jaunes, le 1er décembre dernier, une journée qui avait donné lieu à des scènes d’émeutes à Paris. Mais le patron de la police n’a guère apprécié cette sortie, que le JDD relatait dimanche. Dans un message publié sur Twitter lundi, Eric Morvan conteste : “‘Violences policières’ suggère un système, sciemment organisé. C’est évidemment faux.”

Lire aussi – Gilets jaunes : un colonel de gendarmerie dénonce des violences policières

 
PUBLICITÉ
 

Pour le directeur général de la police nationale, “s’il y a fautes ou manquements à la déontologie, justice et inspections interviennent et sanctionnent”. L’IGPN, la police des police, avait en effet été alertée au sujet de ces événements. Et le haut-fonctionnaire conclut son message en appelant “certains commentateurs, fussent-ils gendarmes, à respecter le temps des enquêtes”. 

Le syndicat UNSA-Police regrette un manque de “décence” 

Le documentaire de BFMTV revient sur cette scène, dont la vidéo avait déjà fait polémique en décembre : on y voit des CRS rouer de coups des manifestants présents à l’intérieur du Burger King des Champs-Elysées, alors même qu’ils sont déjà au sol. Interrogé au moment où il regarde ces images, le colonel de gendarmerie Michael Di Meo confirme ainsi qu’il s’agit de “violences policières”. “Quand les manifestants parlent de violences policières, quand je vois ça, je suis obligé d’aller dans leur sens”, précise ce responsable, qui commandait pour sa part ce jour-là les gendarmes mobiles dans la capitale.

Journal du Dimanche