Febus(64), Jambonisme: Fete du Cochon…

La fête du gras approche. Elle durera deux jours et débutera samedi, à 20 heures, à la salle Fébus, où se tiendra un nouveau chapitre de la Confrérie du foie gras de la basse Ariège, par le concours régional de gras, où cinq personnalités seront confrontées au délicieux supplice du foie gras.

 

Quant au concours régional du gras, il aura lieu dimanche, à partir de 8 heures, sous la halle, où le public sera invité à participer à diverses animations organisées par les associations locales. Cette année encore, le docteur Jean-Pierre Alzieu, vétérinaire, et les membres du jury seront là pour élire les meilleurs foies gras de la région, avec deux mots d’ordre : qualité et traçabilité.

La plupart des éleveurs présents sur le marché ont déjà été primés l’an dernier et proposeront encore des produits de qualité que l’on pourra acheter en toute confiance lors du marché libre au gras qui se déroulera à partir de 9 heures. Vous serez invités à redécouvrir les spécialités de la région, comme le millas, le pain cuit au feu de bois ou le gâteau à la broche et même partager avec vos amis un verre de vin chaud parfumé à la cannelle.

 

Dans la bastide, la fête du gras est une tradition qui perdure, un retour aux sources. Toute la journée, ce sera la fête du cochon et du canard, avec des dégustations gratuites et de nombreuses animations. Les anciens montreront comment faire le boudin, la saucisse, le saucisson, préparer un jambon… Il y aura aussi des producteurs mazériens, comme la charcuterie Fontes, récemment distinguée comme «entreprise du patrimoine vivant».

Quant à l’école du gras, elle proposera trente canards gras débarrassés de leur foie et, grâce aux ateliers de découpe, vous saurez comment préparer à l’ancienne fritons, confit, etc. Vous aurez même l’occasion d’apprendre et découvrir les subtilités des préparations et, une fois accommodées, les goûter et les faire déguster à vos amis.

Enfin, pour ne pas déroger à la tradition de Noël, un rassemblement régional de chorales aura lieu en l’église, avec au programme des chants de Noël du monde, dans toutes les langues.

La Depeche