Le rappeur Médine dont un des concerts est prévu en automne au Bataclan est au centre aujourd’hui d’un acharnement qui prend ses sources de l’extrême-droite alimenté ensuite par la droite. Ces deux camps politiques, alliés idéologiques, prétendent parler au nom des victimes du Bataclan. Les victimes, elles, se disent blessées par la récupération de leur souffrance.