Europeisme, Blanc-Rope:L’Etat Major de l’armée veut donner la bombe atomique à l’Allemagne

En septembre 1995, Alain Juppé, alors Premier ministre avait évoqué le concept de « dissuasion [nucléaire] concertée » avec l’Allemagne. Mais l’affaire n’alla pas plus loin, le gouvernement allemand n’ayant pas souhaité donner de suite à cette idée.

Puis, en 2006, à l’occasion d’un discours prononcé à l’Île-Longue, le président Chirac affirma qu’il fallait « nous poser, ensemble, la question d’une défense commune, qui tiendrait compte des forces de dissuasion existantes, dans la perspective d’une Europe forte, responsable de sa sécurité. » Mais, une fois encore, rien ne se passa.

Cependant, la doctrine nucléaire française parle de défendre les intérêts vitaux de la Nation et vise à faire du territoire national un « sanctuaire ». Pour autant, la Revue stratégique publiée en octobre 2017 rappelle que « la définition de nos intérêts vitaux ne saurait être limitée à la seule échelle nationale, parce que la France ne conçoit pas sa stratégie de défense de manière isolée, même dans le domaine nucléaire. »

Depuis les déclarations de MM. Chirac et Juppé, la situation internationale a profondément changé. À la menace terroriste est venue s’ajouter celle dite de la « force », avec des pays qui mènent une politique assise sur leur puissance militaire, tout en s’affranchissant des normes internationales ainsi que les frontières. Le tout assorti de stratégies de déstabilisation et de remise en cause de ce que l’on tenait encore pour acquis il y a peu.

Ainsi en est-il de l’architecture européenne de sécurité. Depuis le retrait des États-Unis du traité ABM [Anti-Ballistic Missile] trente ans après sa signature, le traité sur les forces conventionnelles en Europe [FCE] a été dénoncé par la Russie. Et, plus récemment, sur fond de violiation présumée par la partie russe, Washington a décidé de se retirer du Traité sur les Forces nucléaires intermédiaires [FNI]. Et vu comme c’est parti, on peut nourrir quelques craintes sur la prolongation, au-delà de 2021, du traité New Start de réduction des armes stratégiques.

En outre, les États-Unis font de l’Asie-Pacifique leur priorité. Ce tournant avait été énoncé clairement dans leur stratégie nationale de sécurité publiée en 2012 afin de limiter l’influence chinoise. Et si un coup d’arrêt a été mis à ce « pivot » américain vers cette région [aux dépens de l’Europe] avec l’annexion de la Crimée par la Russie, en 2014, les critiques récurrentes du président Trump à l’endroit de l’Otan font que les Européens s’interrogent…

Les élus américains aussi d’ailleurs, au point que le Sénat a voté une résolution pour soutenir l’Alliance atlantique et que la Chambre des représentants, désormais à la main des démocrates, en a fait de même en adoptant une loi visant à empêcher tout financement d’un retrait de l’organisation.

En Allemagne, où le tropisme « otanien » est très fort, on ne peut que redouter un retrait américain de l’Otan. « L’Europe ne peut pas se défendre sans les États-Unis », avait affirmé Sigmar Gabriel, l’ex-ministre allemand des Affaires étrangères, dans un entretien donné à Der Spiegel, en janvier 2018. Or, avait-il continué, « quand les États-Unis quittent une pièce, d’autres puissances entrent immédiatement. En Syrie, ce sont la Russie et l’Iran. En politique commerciale, c’est la Chine. Ces exemples montrent qu’au bout du compte, nous ne parvenons plus à la fois à diffuser nos valeurs européennes et à faire respecter nos intérêts. » Et de résumer la situation : « Dans un monde rempli de carnivores, les végétariens ont des difficultés. »

Par ailleurs, Au sein de l’Union européenne, et quand le départ du Royaume-Uni sera entré dans les faits, seule la France disposera à la fois de la force nucléaire et d’un siège permanent au Conseil de sécurité des Nations unies. Ce qui lui donne un statut bien particulier. Et l’idée d’un « parapluie nucléaire » français fait visiblement son chemin.

En 2017, la chambre basse du Parlement allemand [le Bundestag] a estimé que, juridiquement, rien ne s’opposait à une participation financière de Berlin à l’arsenal nucléaire français. Ce qui montre que la question fait débat outre-Rhin. Et elle vient d’être relancée par le diplomate Wolfgang Ischinger, une figure respectée et influente en Allemagne pour tout ce qui a trait aux affaires stratégiques.

Président de la Conférence de Munich sur la sécurité, qui a traditionnement lieu à la mi-février, M. Ischinger a en effet estimé, dans un entretien donné à des journaux du groupe Funke Mediengruppe, qu’une « européisation du potentiel nucléaire français » est « effectivement une très bonne idée » à « moyen terme ».

« Il s’agit de savoir si, et comment la France pourrait être disposée à mettre stratégiquement sa capacité nucléaire au profit de l’ensemble de l’Union Européenne », a continué M. Ischinger.

« Concrètement : les options de l’engagement nucléaire de la France ne devraient pas couvrir seulement son propre territoire, mais aussi le territoire des partenaires au sein de l’Union Européenne. En contrepartie, il serait nécessaire de préciser les contributions que les partenaires européens devraient apporter afin d’arriver à un partage équitable des charges », a expliqué le diplomate.

« Si le coûteux potentiel nucléaire français devait être développé, on ne peut pas attendre de la France qu’elle paye cela seule sur son propre budget. Les autres partenaires au sein de l’UE, qui bénéficieraient de cette protection, devraient contribuer en conséquence », a insisté M. Ischinger.

En clair, la dissuasion française serait étendue à l’ensemble des pays de l’Union européenne et ces derniers mettraient la main au portefeuille pour la financer, sans pour autant avoir voix au chapitre.

« Cependant : l’utilisation possible des armes nucléaires ne pourrait pas être décidée, au final, par un comité de l’UE. Cette décision resterait celle du président français. Ce que nous devons accepter! », a en effet conclu M. Ischinger.

Ce dernier a également rappelé que, l’UE a bénéficié du parapluie américain en matière de sécurité « pendant des décennies ». Et que cela n’est apparemment « aussi évident aujourd’hui. » Aussi, « il est grand temps que l’UE se transforme en une Union de la défense – sans renoncer à ses objectifs précédents en matière de politique économique, sociale ou commerciale », a-t-il plaidé.

Opex 360