Entrisme Blanchiste: Une non-blanche va découvrir la “civilisation” (on ne lui a pas parlé de Doug Ford , Maire de Toronto…)

Featured Video Play Icon

Elle avait fui les abus psychologiques et physiques de sa famille lors d’un séjour en Thaïlande. Ottawa lui offre l’asile.
Rahaf Mohammed al-Qunun, la jeune Saoudienne qui a attiré l’attention du monde entier après avoir fui sa famille en Thaïlande, est arrivée samedi matin à l’aéroport de Toronto, où elle a été accueillie par la ministre canadienne des Affaires étrangères.
La Saoudienne affirme vouloir fuir les abus psychologiques et physiques de sa famille et s’est vu accorder l’asile par le gouvernement du Premier ministre canadien Justin Trudeau.

PUBLICITÉ

 

 

Fugue organisée en Thaïlande
“Elle voulait que les Canadiens voient qu’elle était arrivée au Canada”, a ajouté Mme Freeland, prenant par l’épaule la jeune femme, qui arborait une jupe, une veste de survêtement affichant “Canada”, une casquette bleue et un grand sourire. La ministre a loué “le courage” de la jeune Saoudienne, à qui elle souhaité la bienvenue dans “sa nouvelle maison”, le Canada.

L’arrivée de la jeune femme au Canada marque l’épilogue d’une affaire qui a attiré l’attention du monde entier depuis une semaine, après que la jeune femme eut rendu sa situation publique en créant un compte Twitter. Elle avait été arrêtée à son arrivée à Bangkok depuis le Koweït, où elle était arrivée avec sa famille avant de leur faire faux bond.
Renoncement à l’Islam

La Thaïlande avait dans un premier temps l’intention de la renvoyer dans son pays à la demande des autorités saoudiennes. Mais la jeune femme s’était barricadée dans une chambre d’hôtel de l’aéroport, postant sur Twitter une multitude de messages et de vidéos désespérés, et accédant immédiatement à une notoriété internationale.
Elle avait aussi affirmé à Human Rights Watch qu’elle souhaitait renoncer à l’islam, ce qui la met “sérieusement en danger”, souligne l’ONG.
A la suite d’une mobilisation en sa faveur sur les réseaux sociaux, les autorités thaïlandaises, qui effectuent fréquemment des refoulements à la frontière, avaient renoncé à la renvoyer contre son gré et l’avaient laissée quitter l’aéroport avec des représentants du Haut commissariat aux réfugiés (HCR) de l’ONU.
Sous la protection de l’Onu
“Je ne doute pas qu’elle va être prise en charge rapidement d’un point de vue matériel par les autorités canadiennes et les ONG qui vont aussi faire le nécessaire pour qu’elle puisse reprendre les études qu’elle dit avoir interrompues sous la pression de sa famille”, a expliqué son avocat français, François Zimeray, interrogé par l’AFP avant l’arrivée de la jeune femme à Toronto.
Après avoir médiatisé son cas, Rahaf Mohammed al-Qunun avait été placée sous la protection du HCR en Thaïlande et une demande d’asile avait été adressée par cette agence de l’ONU à plusieurs pays, dont l’Australie dans un premier temps.

PUBLICITÉ

Vendredi après-midi, le Premier ministre canadien Justin Trudeau avait lui-même confirmé avoir finalement accordé l’asile à la jeune femme.
Tensions entre Ryad et le Canada
“Nous lui avons accordé l’asile. Nous sommes ravis de le faire, car le Canada est un pays qui mesure à quel point il est important de défendre les droits de la personne et des femmes à travers le monde. Et je peux confirmer que nous avons accepté la demande de l’ONU”, a déclaré à la presse le Premier ministre, peu de temps après que les autorités thaïlandaises eurent annoncé le départ de la jeune Saoudienne pour le Canada.
LIRE AUSSI >> Les Saoudiennes désormais averties

L’Express.fr