Entrisme Blanchiste: Un ancien militaire se plaint du communautarisme blanc ( visiblement il n’a pas fait le bon choix…)

Le président du Comité national de liaison des harkis se bat pour que la France reconnaisse le «préjudice subi par ceux qui ont combattu pour elle».

Certaines déclarations tombent mal. Alors que l’ensemble de la communauté harkie se prépare à célébrer la Journée nationale d’hommage qui lui sera rendue le 25 septembre, la reconnaissance par Emmanuel Macron de la responsabilité de l’Etat français dans la mort «sous la torture» de Maurice Audin, un mathématicien communiste et anticolonialiste arrêté le 11 juin 1957 pendant la bataille d’Alger, est venue jeter de l’huile sur un feu déjà mal éteint.

«Honorer un mort, quel qu’il soit, est toujours un acte fort et personne ne peut contester cela, reconnaît Boaza Gasmi, le président du Comité national de liaison des harkis (CNLH). Mais il ne faudrait pas que ce choix du président de la République fasse oublier un autre drame tout aussi grave: celui vécu par les harkis et leurs enfants. La France doit savoir ce qui s’est vraiment passé et essayer de réparer enfin le préjudice subi par nos parents, ces soldats et citoyens français abandonnés en Algérie en 1962.»

» LIRE AUSSI – Macron élève …

 

Le Figaro