Entrisme Blanchisme:Irak, Libye, Iran, quels enseignements tirés des précédents désarmements

Featured Video Play Icon

VIDÉO – Plusieurs États ont abandonné leur programme nucléaire militaire, mais le sort de Mouammar Kadhafi, de Saddam Hussein et les récents déboires de l’accord iranien de 2015 pourraient inciter Kim Jong-un à se méfier.

L’histoire du désarmement est semée de victoires en trompe-l’œil. Mouammar Kadhafi renonça en 2003 à son programme nucléaire militaire. Ce geste du dictateur libyen, jusque-là honni par les dirigeants occidentaux, allait lui permettre d’amorcer un rapprochement avec les États européens. Mais à la faveur des printemps arabes, une révolution secoua le régime du Guide suprême, renversé et tué en 2011 par les rebelles libyens, soutenus par une intervention militaire occidentale. Quand le secrétaire américain à la Défense, John Bolton, par ailleurs farouche partisan de la guerre en Irak, déclara, fin avril, à propos des négociations avec Pyongyang que «la Libye était un modèle», le New York Times lui rétorqua que «la Corée du Nord pourrait le voir très différemment». L’argument du quotidien américain était assez intuitif: Kim Jong-un pourrait n’avoir aucune envie de finir comme Mouammar Kadhafi.

Le Figaro