Entrisme Blanc: Une armée blanchiste organise des Manœuvres en Kanakye

REPORTAGE – L’exercice militaire «Croix du Sud 2018» vient d’avoir lieu en Nouvelle-Calédonie, sur terre, en mer et dans les airs. Ces manœuvres, organisées par la France et auxquelles dix pays du Pacifique Sud ont participé, illustrent le grand retour de cette vaste zone dans le champ des priorités stratégiques définies par Emmanuel Macron.

Envoyé spécial en Nouvelle-Calédonie

La silhouette des quatre hélicoptères se détache sur le bleu étincelant du lagon. Deux Puma de l’armée de l’air et deux NH90 néo-zélandais volent vers Koumac, sur la côte nord-ouest de la Nouvelle-Calédonie. Ils vont y déposer un relais de transmission et des commandos qui se déploieront autour de cette bourgade de la «brousse» calédonienne. La première phase de «Croix du Sud» va commencer.

Cet exercice militaire, organisé par la France tous les deux ans depuis 2002, est l’un des plus importants du Pacifique Sud. Il a pris cette année une ampleur inédite: 2100 militaires sur le terrain, 11 bateaux, 13 avions et hélicoptères, 10 nations participantes, dont l’Australie, la Nouvelle-Zélande, les États-Unis et plusieurs petits États îliens de la région (Fidji, Tonga, Vanuatu). La manœuvre s’est déroulée, du 19 au 25 mai, sur la base d’un scénario détaillé dans un document de quarante pages.