DGS-Blancs: Bruno Lafonf, PDG du groupe Lafarge a blanchi 13 millions d’euros pour le donner à des groupe armés (Màj: il affirme qu'”il ne savait rien”(sic) )

Le cimentier est convoqué jeudi pour être mis en examen. Son ex-PDG dit n’avoir jamais rien su de l’argent donné à Daech.

Non, non et non : contrairement à certains hauts responsables du groupe, qui en ont convenu devant la justice, Bruno Lafont ne savait pas que des sommes d’argent avaient été versées à Daech, notamment pour permettre la circulation des salariés comme celle des camions entrants et sortants de l’usine de Lafarge de Jalabyia, en Syrie. Arrivé chez Lafarge en 1983, il en a été administrateur, directeur général puis PDG en 2007, jusqu’en juillet 2015 où il a dû prendre ses cliques et ses claques, ainsi qu’une belle indemnité de départ (5,9 millions d’euros, à ajouter aux 3,8 millions de salaires et primes touchés la même année). 

Un homme du ciment qui, en présence de ses quatre avocats, lors de son dernier interrogatoire le 14 juin 2018, bétonne une nouvelle fois ses réponses à la juge Charlotte Bilger, selon les informations de L’Express. Alors que la personne morale Lafarge SA est convoquée avec ses avocats Christophe Ingrain et Antonin Lévy ce jeudi 28 juin chez les juges d’instruction pour être mise en examen pour “financement d’une entreprise terroriste”, “mise en danger délibérée de la vie d’autrui” et pour “complicité de crimes contre l’humanité”, il est éclairant de se pencher sur la position de son ancien PDG, capitaine auto-proclamé sourd et aveugle d’une entreprise prise dans les feux d’une guerre meurtrière. 

L’Express