DGS-Blanc, Leukocratie: Michael Taylor et de George Zayek, Les Voyoux à l’origine de la fuite de Carlos Ghosn

Les autorités turques ont commencé à livrer des bribes d’information sur la fuite de Carlos Ghosn du Japon. Sur les registres du vol Osaka-Istanbul, opéré par l’entreprise MNG Jet, figurent seulement deux noms. Ceux de Michael Taylor et de George Zayek, comme l’a révélé le quotidien américain The Wall Street Journal. Le nom du troisième occupant, le plus célèbre, Carlos Ghosn, n’apparaît nullement.

Michael Taylor est américain. Il est né à Staten Island et est âgé de 59 ans. Il a entamé sa carrière en servant dans les forces spéciales américaines en tant que parachutiste pendant quatre ans. Sa route croise le Liban en 1982. Il arrive à Beyrouth juste après l’assassinat du président libanais Bachir Gemayel et l’invasion israélienne. Il commence alors à entraîner les Forces libanaises, une milice chrétienne, et à entretenir une « relation de long terme avec la communauté chrétienne au Liban », comme il l’affirmera bien plus tard dans un mémorandum d’une cour fédérale de l’Utah, cité ces jours-ci par Bloomberg. Michael Taylor, qui parle couramment l’anglais et l’arabe, a épousé une femme libanaise, le couple habite dans la banlieue de Boston. Il a créé son entreprise de sécurité baptisée American International Security Corp (AISC), qui emploie d’ex-militaires et d’anciens agents des services secrets. Il propose des services de protection rapprochée pour des personnes menacées ou se trouvant sur des terrains hostiles, mais aussi des services d’exfiltration. Cet ancien béret vert avait notamment travaillé sur l’exfiltration de David Rohde, un journaliste kidnappé en Afghanistan en 2008. Celui-ci avait finalement réussi à s’enfuir par ses propres moyens… Michael Taylor a fermé sa société après des ennuis avec la justice américaine, mais il aurait recréé une autre structure.

 
 
close
volume_off
 
 

Lire aussi Fuite de Ghosn : l’exfiltration, une spécialité rare et… chère

Guerre, armes, terrains hostiles

Michael Taylor a-t-il rencontré George Zayek au Liban au début des années 1980 ? George Zayek, le deuxième homme, qui n’a pas encore passé le cap des soixante ans, était également présent dans le jet qui a fait le trajet entre le Japon et la Turquie. Zayek se présente sur les sites AngelList et Bayt comme un « security manager » ayant travaillé en Irak, en Afghanistan, en Libye, en Égypte et au Nigeria. Dans la rubrique où il fait état de ses compétences, on peut lire : « guerre, armes, terrains hostiles. » Zayek est un patronyme bien connu et respecté au Liban. George Zayek est le petit frère d’Elias Zayek, un martyr des Forces libanaises, ces milices chrétiennes qui avaient été constituées pendant la guerre du Liban. Dans cette famille de chrétiens maronites, il y avait trois frères, Elias, qui avait commencé des études de dentiste avant de s’engager dans les combats, Joseph, ingénieur, et George, qui a suivi des études de gemmologie. Les trois frères s’engagent dans les Forces libanaises. Elias en devient le commandant de l’infanterie. Il se retrouve, après la mort de Gemayel, au cœur d’une lutte pour le pouvoir au sein de la milice. Elias Zayek a été assassiné le 19 janvier 1990, il y a presque trente ans, jour pour jour. Samir Geagea, commandant des Forces libanaises, a été plus tard condamné pour avoir commandité le meurtre