Couflens(09), Braconnisme, Permis de meurtre: Le Braconniste Jean Pierre Cather se tue pendant une partie de Meurtre

Les obsèques de Jean-Pierre Cather, 65 ans, ont eu lieu hier matin, à 10 heures, en l’église d’Oust, devant de nombreuses personnes. «Il était très connu et apprécié, discret et prêt à rendre service à n’importe qui», dit Claude Duran, ami de la victime et responsable de la battue après laquelle le chasseur a fait une chute mortelle.

Samedi 5 janvier, l’association de chasse d’Oust participe comme tous les samedis à une battue aux sangliers avec celle de Salau, près du lieu-dit Les Capsades, à Couflens, vers 1 300 m d’altitude. Six sangliers sont tués, dont un par Jean-Pierre Cather. Mais l’animal dévale une paroi rocheuse et atterrit en contrebas. C’est en fin de battue, vers 14 h 15, que Jean-Pierre Cather et un second chasseur décident d’aller récupérer le gibier tombé dans le précipice. Ils chaussent les crampons et commencent la descente d’une falaise très abrupte, chacun par un passage différent. Mais Jean-Pierre Cather perd pied et fait une chute de 60 mètres, selon un témoin. L’hélicoptère du PGHM de l’Ariège se rend sur place et transporte la victime au CHAC, à Saint-Girons, «conscient et dans un état stable», rapportent les secouristes, mais avec une importante plaie à la tête. Le chasseur décédera tard dans la soirée.

«C’était un passionné de nature, un chasseur aguerri», lui rend hommage Claude Duran. Jean-Pierre Cather avait effectué une grande partie de sa carrière dans les papeteries Pagès avant de devenir menuiser à Augirein. Il laisse derrière lui son frère Serge, ancien rugbyman qui a fait les beaux jours de l’USHS.

La Depeche