Corsica Nazione: Charles Pierri(de type métèue Corse) de nouveau arrêté

L’interpellation mardi matin, en Haute-Corse, de Charles Pieri, 69 ans, militant historique et controversé de la cause indépendantiste corse, semble rendre aphones élus, et organisations nationalistes à travers l’île. Gilles Simeoni, président autonomiste du conseil exécutif de la collectivité de Corse ? « Indisponible : à Paris pour une importante réunion sur le parc marin », fait savoir son entourage. Idem pour Jean-Christophe Angelini, figure nationaliste et président de l’Agence du développement économique de la Corse, « qui doit intervenir sur la question du numérique à Paris ».

Même Corsica libera, principal parti indépendantiste corse, à la direction duquel siège pourtant M.Pieri, n’a publié le moindre communiqué. Seul le président de l’Assemblée de Corse, Jean-Guy Talamoni, a rejoint mardi la petite vingtaine de militants mobilisés par Sulidarità (« solidarité »), l’association de défense des « prisonniers politiques » sous les fenêtres du commissariat de Bastia : « Je suis venu apporter mon soutien politique à l’un de nos militants mais nous ne savons strictement rien de cette affaire », expliquait-il hier.

Mardi matin, deux employés d’une société de location de véhicules, une jeune femme et M. Pieri ont été interpellés puis placés en garde à vue par l’antenne bastiaise de la direction régionale de la police judiciaire dans le cadre d’une enquête préliminaire ouverte par le parquet de Bastia pour abus de biens sociaux. La justice cherche notamment à savoir si M. Pieri a pu bénéficier des largesses d’une société de location de véhicules à travers la mise à disposition d’au moins une voiture sans en acquitter les frais de louage. Elle s’intéresse surtout, dorénavant, à la trouvaille réalisée au cours de la perquisition menée au lieu de résidence de M. Pieri : « Plusieurs armes dont deux armes de poings y ont été découvertes par les services de la police judiciaire », détaille Caroline Tharot, procureure de la République à Bastia, qui a ouvert une procédure incidente – la troisième pour port illégal d’armes depuis 2011.

« Hors-jeu »

« C’est assez finement joué, observe un connaisseur des arcanes corses. La procédure principale, assez mineure d’après les premiers éléments, est éclipsée par celle, incidente, des armes trouvées chez Pieri. Avec son passé judiciaire, “le Vieux” [le surnom de Charles Pieri dans la mouvance nationaliste] est pratiquement certain de prendre de la prison ferme et se retrouver hors-jeu. »

Le Monde