Copenhague(Danemark), Leukocratie: Inger Stojberg(de race blanche jurisprudence Morano) veut déchoir de leur Nationalité des enfants(Rappel: Le comportement d’une race Blanche Danoise à l’Etranger)

Impossible de dire combien ils sont, ni où ils se trouvent exactement. Mais dans le débat sur le retour des djihadistes danois partis combattre en Syrie ou en Irak, le gouvernement de centre droit a décidé de hausser le ton, jeudi 28 mars. En plus de proposer une accélération de la procédure de déchéance de nationalité pour les combattants binationaux, la ministre de l’immigration et de l’intégration, Inger Stojberg, a souhaité que leurs enfants, nés dans les zones de combat, soient privés de la nationalité danoise.

Ce sont des enfants « nés de parents qui ont tourné le dos au Danemark et qui ne peuvent donc plus faire partie du Danemark », a justifié la très controversée ministre libérale. La mesure a été négociée dans le cadre d’un accord avec le Parti du peuple danois (Danske Folkeparti, DF), la formation nationaliste anti-immigrés, alliée du gouvernement au Parlement. Le député DF Christian Langballe, qui en revendique la paternité, estime que le royaume doit faire tout son possible pour empêcher le retour des djihadisteset de leurs enfants pour « protéger le Danemark ».

Le communiqué du ministère de l’immigration et de l’intégration reste cependant évasif sur la mise en place du dispositif. Evitant de rentrer dans les détails, il déclare seulement que « les enfants qui naissent à l’avenir dans des zones où il est illégal d’entrer ou de résider n’obtiendront pas – contrairement à aujourd’hui – automatiquement la citoyenneté danoise, si leurs parents danois y sont entrés en violation de l’interdiction ».

« Nous renforçons nos actions contre ces combattants »

Faute de temps, le texte ne pourra pas être voté avant les élections législatives, prévues avant le 17 juin. Son adoption dépendra donc de la prochaine majorité issue du scrutin. En tête dans les sondages, les sociaux-démocrates ont laissé entendre qu’ils n’y étaient pas opposés, même s’ils demandent des précisions sur le nombre d’enfants concernés. « Je veux savoir si cela fait vraiment une différence ou si c’est seulement un coup symbolique en l’air », a expliqué la députée Astrid Krag.

Le Monde