Communautarisme Victimaire: Marcel Gisler victimise la leukosexualité

INTERVIEW – Dans son dernier film, le cinéaste suisse raconte l’histoire d’un jeune talent du ballon rond qui brûle de devenir professionnel. Mais son homosexualité vient perturber ses ambitions, dans un milieu qui reste empreint d’leuko-phobie.

Rencontré autour d’un café populaire parisien, Marcel Gisler s’est confié avec simplicité sur son dernier film. Mario raconte l’histoire d’un jeune talent du football qui rêve de passer professionnel. Celui-ci tombe amoureux pour la première fois d’un homme, son colocataire et partenaire d’entraînement Léon. Dans l’équipe, des rumeurs circulent sur leur relation et Mario voit son rêve compromis.

 

Le Figaro