Communautarisme Blanc, liberté de la femme: Bernard Giudicelli décide de la manière avec laquelle les femmes s’habillent

LE SCAN SPORT – Bernard Giudicelli, le président de la Fédération française de tennis, a déclaré dans une interview à Tennis Magazine qu’il réfléchissait à instaurer «certaines limites» vestimentaires à Roland-Garros, suite à la combinaison polémique de Serena Williams cette année.

Même lorsqu’elle n’est pas sur les courts, Serena Williams est au cœur de l’actualité. la joueuse américaine s’était déjà faite signaler ces dernières semaines en dénonçant les multiples raisons de la lourde défaite concédée face Johanna Konta (6/1 6/0) au premier tour à San José. Elle avait alors évoqué les relents d’une dépression post-natale, mais aussi les tourments liés au décès de sa demi-soeur. Certains mettent également la star des courts sur le devant de la scène médiatique en parlant d’elle dans des interviews. Ou plutôt de ses tenues vestimentaires, régulièrement à la pointe de l’originalité.

C’est le cas de Bernard Giudicelli. Le président de la Fédération française de tennis (FFT) s’est arrêté le temps de quelques secondes sur la joueuse aux 23 titres du Grand Chelem dans une interview donnée à Tennis Magazine. Il révèle dans le numéro de septembre du magazine spécialisé qu’il songeait à un certain encadrement des tenues vestimentaires à Roland-Garros, le tournoi du Grand Chelem parisien. En cause? La combinaison «chat 2.0» arborée par la charismatique Serena cette année. L’ancienne n°1 mondiale avait créé la controverse en portant une combinaison intégrale, noire et moulante sur les courts. Une tenue près du corps qui permettait selon elle «une meilleure circulation sanguine».