Communautarisme Blanc: Les Leukocrates de Génération Identitaire(Groupe Ultra-Radical Blanchiste) Auditionés à l’assemblée Nationale

Featured Video Play Icon

Un autre mouvement , “Les Identitaires ” est également convoqué devant la commission d’enquête parlementaire sur l’ultra droite, jeudi 11 avril.

Le groupe d’extrême droite Génération Identitaire est décidément sous le feu des projecteurs. Selon les informations de L’Express, le porte-parole du mouvement, Romain Espino, sera auditionné par la commission d’enquête parlementaire sur la lutte contre les groupuscules d’extrême droite en France, jeudi 11 avril dans l’après-midi. 

Ce même jour, la commission convoquera également Fabrice Robert, le directeur d’un autre mouvement d’extrême droite, Les Identitaires. Les deux groupes partagent une ligne politique similaire basée sur “la lutte contre l’islamisation et l’immigration massive”, selon leurs propres mots. 

 

Opération sur les toits de la CAF

Les membres de la commission interrogeront peut-être le porte-parole de Génération Identitaire sur son opération coup-de-poing organisée le 29 mars sur le toit de la CAF (Caisse d’allocation familiale) de Seine-Saint-Denis à Bobigny. Dix-neuf personnes ont alors été placées en garde à vue après le déploiement d’une banderole “De l’argent pour les Français, pas pour les étrangers”. 

La secrétaire d’Etat auprès de la ministre de la Santé, Christelle Dubos, a qualifié cette occupation de “prise d’otages des agents et du service public” et indiqué qu’elle allait solliciter les ministres de l’Intérieur et de la Justice “pour voir comment on pouvait dissoudre ce groupe”.  

Malgré lui, le mouvement fondé en 2012 a également fait parler de lui ce jeudi 4 avril en confirmant la réception de deux dons pour un montant total de 1.000 euros de la part de Breton Tarrant, le terroriste qui a abattu 50 personnes dans les attaques de deux mosquées néo-zélandaises il y a trois semaines. 

Ces deux dons, effectués par internet, remontent au mois de septembre 2017. Le porte-parole du mouvement, Romain Espino, a précisé qu’il n’avait eu aucun contact avec le tueur et qu’il ne “partageait rien” avec lui.  

Une séance à huis clos

C’est la première fois que la commission d’enquête auditionne des militants d’extrême droite, après avoir questionné notamment le secrétaire d’Etat auprès du ministre de l’Intérieur, Laurent Nuñez, des chercheurs et des acteurs du monde associatif. La séance aura lieu à huis-clos mais son contenu pourra être intégré dans le rapport qu’elle devrait rendre le 11 juin prochain.

 

L’Express.fr