Clanico-Blanchisme: Nicolas Sarkozy: “Quand un Français est en prison à l’étranger, il faut se porter à ses côtés”(Rappel: Personne ne se déplacera quand il sera en Prison avec son ami Balkany)

Après l’arrestation de l’ex-ministre de l’Intérieur Genaro Garcia Luna, qui avait orchestré l’emprisonnement de Florence Cassez, celle-ci envisage des poursuites judiciaires au Mexique. En exclusivité pour L’Express et l’hebdomadaire Proceso, l’ancien président de la République Nicolas Sarkozy raconte pour la première fois les tractations qui ont eu lieu pendant son quinquennat, et ont permis la libération de la Française en 2013.

L’EXPRESS et PROCESO : Avez-vous été étonné par l’arrestation aux Etats-Unis, le 9 décembre dernier, de l’ancien ministre de l’Intérieur mexicain Genaro Garcia Luna, qui a orchestré l’emprisonnement pendant sept ans de Florence Cassez, et qui est aujourd’hui soupçonné de complicité de narcotrafic ? 

NICOLAS SARKOZY : Non, pas du tout. Je ne savais ni quand ni comment cela arriverait, mais je pensais depuis longtemps que cela finirait par arriver. Cependant, je ne me réjouis jamais de voir tomber quelqu’un, quoi qu’il ait fait. J’ai été suffisamment sévère avec ce personnage quand il était au faîte de son pouvoir et de sa gloire pour m’abstenir de m’exprimer à son sujet maintenant qu’il est derrière les barreaux. C’est une question de principes. 

Florence Cassez et ses avocats envisagent de nouvelles initiatives judiciaires au Mexique. Comprenez-vous cette démarche ? 

 

Les droits de cette Française ont été bafoués. Pendant sept ans, sa vie a été brisée. Lorsque l’on est un Etat de droit, comme le Mexique, on assume ses responsabilités. Cela dit, c’est à la victime de décider. Je n’ai aucun conseil à lui donner. Je comprendrais très bien qu’elle se batte pour laver son honneur, non seulement en entreprenant une procédure sur le fond du dossier, mais également en exigeant des indemnités pour les sept années qui lui ont été volées

” sizes=”569px” srcset=”https://static.lexpress.fr/medias_12194/w_640,c_fill,g_north/cassez_6243500.jpg 640w,https://static.lexpress.fr/medias_12194/w_760,c_fill,g_north/cassez_6243500.jpg 760w,https://static.lexpress.fr/medias_12194/w_960,c_fill,g_north/cassez_6243500.jpg 960w,https://static.lexpress.fr/medias_12194/w_1000,c_fill,g_north/cassez_6243500.jpg 1000w,https://static.lexpress.fr/medias_12194/w_1520,c_fill,g_north/cassez_6243500.jpg 1520w,https://static.lexpress.fr/medias_12194/w_2000,c_fill,g_north/cassez_6243500.jpg 2000w” alt=”Florence Cassez” data-optimumx=”1.5″ data-sizes=”auto” data-srcset=”https://static.lexpress.fr/medias_12194/w_640,c_fill,g_north/cassez_6243500.jpg 640w,https://static.lexpress.fr/medias_12194/w_760,c_fill,g_north/cassez_6243500.jpg 760w,https://static.lexpress.fr/medias_12194/w_960,c_fill,g_north/cassez_6243500.jpg 960w,https://static.lexpress.fr/medias_12194/w_1000,c_fill,g_north/cassez_6243500.jpg 1000w,https://static.lexpress.fr/medias_12194/w_1520,c_fill,g_north/cassez_6243500.jpg 1520w,https://static.lexpress.fr/medias_12194/w_2000,c_fill,g_north/cassez_6243500.jpg 2000w” />

Florence Cassez

Alexei Vassiliev

 

Vous souvenez-vous du moment précis où vous avez eu connaissance du sort de Florence Cassez ? 

Parfaitement. C’est le député du Nord Thierry Lazaro qui était venu m’expliquer la situation en 2007 alors que j’étais depuis peu Président de la République et que Florence Cassez était déjà emprisonnée depuis deux ans. J’avais entendu parler de son histoire, mais pas dans le détail. 

 

Je savais seulement que cette jeune femme se trouvait dans une prison très dure au Mexique. Et je savais que cela se passait dans un contexte politique et social très tendu car, à l’époque, il y avait environ 8.000 enlèvements par an, dont beaucoup se soldaient par des assassinats. Thierry Lazaro m’a demandé de recevoir les parents de Florence Cassez et son avocat, Me Frank Berton. 

LIRE AUSSI >> Florence Cassez a été libérée après 2603 jours de prison au Mexique 

Comment s’est passée cette première rencontre ? 

 

Je les ai reçus dans le salon Vert, au premier étage de l’Elysée. La dignité du couple Cassez m’a immédiatement impressionné. C’étaient des gens admirables, parfaitement éduqués, dont les propos étaient extrêmement modérés, retenus. Jamais un mot plus haut que l’autre, bien que le ciel leur fût tombé sur la tête. Je me souviens des yeux bleus du père et de l’attitude réservée de la mère. 

C’étaient des parents dignes, pas éplorés, mais préoccupés à l’extrême. Il y avait de quoi ! Leur fille venait d’être condamnée à 96 ans de prison. Très simplement, ils m’ont dit : “Aidez-nous. Nous sommes désemparés. Nous connaissons notre fille, elle n’est pas une criminelle, elle n’est pas une preneuse d’otages. Nous sommes une famille honnête.” J’ai aussitôt décidé de les aider mais, de toute façon, c’était mon devoir de le faire. 

” sizes=”569px” srcset=”https://static.lexpress.fr/medias_1289/w_640,c_fill,g_north/nicolas-sarkozy-entre-bernard-et-charlotte-cassez-et-les-parents-de-florence-cassez-le-14-fevrier-2011a-l-elysee-a-paris_660464.jpg 640w,https://static.lexpress.fr/medias_1289/w_760,c_fill,g_north/nicolas-sarkozy-entre-bernard-et-charlotte-cassez-et-les-parents-de-florence-cassez-le-14-fevrier-2011a-l-elysee-a-paris_660464.jpg 760w,https://static.lexpress.fr/medias_1289/w_960,c_fill,g_north/nicolas-sarkozy-entre-bernard-et-charlotte-cassez-et-les-parents-de-florence-cassez-le-14-fevrier-2011a-l-elysee-a-paris_660464.jpg 960w,https://static.lexpress.fr/medias_1289/w_1000,c_fill,g_north/nicolas-sarkozy-entre-bernard-et-charlotte-cassez-et-les-parents-de-florence-cassez-le-14-fevrier-2011a-l-elysee-a-paris_660464.jpg 1000w,https://static.lexpress.fr/medias_1289/w_1520,c_fill,g_north/nicolas-sarkozy-entre-bernard-et-charlotte-cassez-et-les-parents-de-florence-cassez-le-14-fevrier-2011a-l-elysee-a-paris_660464.jpg 1520w,https://static.lexpress.fr/medias_1289/w_2000,c_fill,g_north/nicolas-sarkozy-entre-bernard-et-charlotte-cassez-et-les-parents-de-florence-cassez-le-14-fevrier-2011a-l-elysee-a-paris_660464.jpg 2000w” alt=”Nicolas Sarkozy entre Bernard et Charlotte Cassez, les parents de Florence Cassez, le 14 février 2011à l’Elysée à Paris” data-optimumx=”1.5″ data-sizes=”auto” data-srcset=”https://static.lexpress.fr/medias_1289/w_640,c_fill,g_north/nicolas-sarkozy-entre-bernard-et-charlotte-cassez-et-les-parents-de-florence-cassez-le-14-fevrier-2011a-l-elysee-a-paris_660464.jpg 640w,https://static.lexpress.fr/medias_1289/w_760,c_fill,g_north/nicolas-sarkozy-entre-bernard-et-charlotte-cassez-et-les-parents-de-florence-cassez-le-14-fevrier-2011a-l-elysee-a-paris_660464.jpg 760w,https://static.lexpress.fr/medias_1289/w_960,c_fill,g_north/nicolas-sarkozy-entre-bernard-et-charlotte-cassez-et-les-parents-de-florence-cassez-le-14-fevrier-2011a-l-elysee-a-paris_660464.jpg 960w,https://static.lexpress.fr/medias_1289/w_1000,c_fill,g_north/nicolas-sarkozy-entre-bernard-et-charlotte-cassez-et-les-parents-de-florence-cassez-le-14-fevrier-2011a-l-elysee-a-paris_660464.jpg 1000w,https://static.lexpress.fr/medias_1289/w_1520,c_fill,g_north/nicolas-sarkozy-entre-bernard-et-charlotte-cassez-et-les-parents-de-florence-cassez-le-14-fevrier-2011a-l-elysee-a-paris_660464.jpg 1520w,https://static.lexpress.fr/medias_1289/w_2000,c_fill,g_north/nicolas-sarkozy-entre-bernard-et-charlotte-cassez-et-les-parents-de-florence-cassez-le-14-fevrier-2011a-l-elysee-a-paris_660464.jpg 2000w” />

Nicolas Sarkozy entre Bernard et Charlotte Cassez, les parents de Florence Cassez, le 14 février 2011à l’Elysée à Paris

afp.com/Philippe Wojazer

C’est-à-dire ? 

Lorsqu’un compatriote est en prison où que ce soit dans le monde, j’estime que le devoir du Président de la République française est de se porter à ses côtés. Non pas pour qu’il ou elle échappe à ses responsabilités mais parce que le chef de l’Etat se doit de protéger les Français, y compris ceux qui ont commis des fautes. C’est une question de principes. Je ne l’ai pas fait seulement pour Florence Cassez. J’ai porté la même attention et la même détermination aux sorts d’Ingrid Betancourt, de Mickaël Blanc ou du soldat Gilad Shalit. 

A quel moment avez-vous eu la conviction que Florence Cassez était innocente ? 

J’ai demandé à mes collaborateurs de réunir des éléments pour comprendre le dossier… et nous avons très vite constaté des incohérences manifestes, à commencer par l’extravagante mise en scène de son arrestation [Florence Cassez et son ami Israel Vallarta sont arrêtés par la police sur une entrée d’autoroute le 8 décembre 2005, séquestrés pendant 24 heures, puis arrêtés de nouveau par des troupes d’élite lors d’une mise en scène digne d’Hollywood qui est retransmise en direct sur la chaîne commerciale Televisa]. 

Pas la peine d’être Sherlock Holmes ou le commissaire Maigret pour saisir que ce montage était hallucinant. Pour moi, il était inacceptable qu’une telle chose se produise dans une démocratie comme le Mexique, un pays que j’admire. En fait, il était beaucoup plus difficile de croire en la culpabilité de Florence Cassez qu’à son innocence ! 

 

 

LExpress.fr