Christophe Castaner, “le Pays va mieux” (sic)

Pour le délégué général de La République en marche (LREM), Christophe Castaner, la France “va mieux” depuis l’arrivée au pouvoir d’Emmanuel Macron, malgré “des fractures” dans le pays, qui “ne sont pas nouvelles”.”La situation de la France mi-2017 était celle d’une fracture intégrale.

Ces fractures ne sont pas nouvelles, et on ne les a pas radicalisées”, explique le secrétaire d’État chargé des Relations avec le Parlement dans une interview accordée au Figaro, quelques jours avant l’anniversaire de l’élection d’Emmanuel Macron à la présidence de la République le 7 mai 2017. “Au contraire, notre pays va mieux”.

“EXPLIQUER LE SENS DE L’ACTION ENGAGÉE”

“Les Français expriment des impatiences, mais cela ne ressemble pas à la violence dont on nous parle”, poursuit Christophe Castaner qui sera à partir de ce jeudi dans l’Eure-et-Loir pour “trois jours d’immersion, à l’écoute des Français”. “L’idée est de prendre le pouls du pays, d’expliquer le sens de l’action engagée”, explique-t-il, précisant que pendant trois jours il va “dormir chez l’habitant et voir la politique gouvernementale confrontée à la réalité”.

Pour Christophe Castaner, la fin de la première année du quinquennat “n’est pas un moment de fête”. “Car même si les choses vont mieux, la société n’est pas festive”. Est-il urgent de faire la pédagogie des réformes ? “Quand vous êtes dans l’action, vous négligez parfois la pédagogie”, admet le délégué général de LREM, pour qui “la première urgence” est de “revenir au cœur du message présidentiel: la construction de la société du travail”.

“Notre vrai problème, c’est qu’on est dans une société qui s’est habituée à l’allocation”, juge-t-il également, déplorant que “les politiques ont habitué les Français à répondre aux problèmes par plus de normes et d’interdictions, ou plus de dépenses publiques et d’allocations”. “C’est une mauvaise réponse, car elle traite passagèrement les symptômes mais ne s’attaque pas aux causes profondes”, selon lui.