Blanzil, Racisme anti-blanche: Mélissa Gentz, étudiante tabassée par son petit copain (Màj: poursuivit en diffamation)

Melissa Gentz a partagée des photos de son visage tuméfié sur son compte Instagram. Elle accuse son petit ami d’être à l’origine des coups.

 

“Ça a commencé par des reproches à propos de photos postées sur mon compte Instagram, puis leurs commentaires, puis des messages que j’ai reçus sur WhatsApp… Jusqu’à ce qu’il m’agrippe par les cheveux et me dise que je devais accepter ma position de femme dans notre relation.” Melissa Gentz, 22 ans, a partagé sur les réseaux sociaux des clichés de son visage tuméfié. Son petit ami a été inculpé pour violences conjugales.

 

.

“Ça a commencé par des reproches à propos de photos postées sur mon compte Instagram, puis leurs commentaires, puis des messages que j’ai reçus sur WhatsApp… Jusqu’à ce qu’il m’agrippe par les cheveux et me dise que je devais accepter ma position de femme dans notre relation.” Melissa Gentz, 22 ans, a partagé sur les réseaux sociaux des clichés de son visage tuméfié. Son petit ami a été inculpé pour violences conjugales.

 

La jeune femme, d’origine brésilienne, est étudiante en Floride. Le 23 septembre dernier, relate NBC News, elle se trouvait dans son appartement avec son compagnon. Après avoir consommé des somnifères et de l’alcool, le jeune homme de 25 ans se serait montré de plus en plus agressif, devenant “critique et jaloux” envers Melissa Gentz. Dans un enregistrement audio publié par le “Daily Mail“, on entend la dispute éclater.

“Arrête d’être si stupide”

“Pourquoi est-ce que tu es si stupide ? Arrête d’être si stupide”, martèle Erik Bretz. La jeune femme pleure. Il poursuit : “Tu n’acceptes pas que l’homme soit dominant, et pas toi. Tu crois que tu es l’homme dans notre relation. Mais tu ne l’es pas, d’accord, tu es une femme, et il va falloir que tu l’acceptes.” Dans sa déposition, Melissa raconte qu’il l’a ensuite jetée par terre, puis lui a donné des coups de pieds au visage et étranglée avec ses jambes. Elle parvient finalement à s’enfuir de l’appartement, où le jeune homme est arrêté quelques heures plus tard.

“Aujourd’hui est l’unique jour où j’ai ressenti le besoin de ne pas mettre de mascara et de blush sur mon visage… Je ne veux pas cacher ces marques qui racontent mon histoire parce qu’AUCUNE femme ne devrait se sentir honteuse ou être tenue pour responsable d’être victime de violences conjugales”, écrit Melissa dans le texte qui accompagne la photo de son coquard, partagée sur Instagram. Elle est devenue virale au Brésil, où près d’un tiers des femmes déclarent avoir déjà subi des violences. Selon une étude nationale menée en 2017, plus de la moitié des agresseurs étaient connus par leurs victimes.

Quant à Erik Bretz, il nie farouchement les faits. Il a été remis en liberté en échange d’une caution de 60.000 dollars. Dans un communiqué publié par ses avocats et cité par le “Daily Mail”, il a annoncé qu’il poursuivrait Melissa Gentz en justice pour diffamation.