Question posée par Pulsan le 28 juin 2018

Votre question (qui nous a été posée par tant d’autres depuis un an) renvoie à une critique très souvent faite à Libération sur les réseaux sociaux. Votre rédaction, nous dit-on, est «blanche». Souvent, le propos est étayé d’une photo datant de 2015, toujours la même, de la terrasse de nos anciens locaux, rue Béranger (celle qui illustre cet article). On y voit une rédaction brandissant le poing. Une rédaction «blanche», donc (ou qu’on perçoit comme uniformément blanche, en tout cas). En général, les commentateurs commentent en des termes moqueurs : Libé, ce journal qui donne des leçons d’antiracisme, est un journal de «bobos blancs» qui vivent dans Paris.

Alors, Libé est-il un journal «blanc» ?

D’abord, il y a des raisons, a priori, de ne pas répondre à cette question. La première étant qu’on n’a pas envie de ranger ses collègues par couleur de peau. Une deuxième est que c’est compliqué, forcément arbitraire, de «classer». C’est quoi un Blanc ? Un grand-père coréen vous place-t-il dans la liste des «non-blancs» ?

Sauf que tous ces arguments (de principe, de méthode) qu’on pourrait faire valoir pour refuser-disqualifier ce décompte auraient pu s’appliquer tout aussi bien au décompte que nous avions fait concernant la «diversité» au sein des ministères, il y a cinq ans.

Libération