Blanchiment: scandale de blanchiment d’argent touchant la première banque danoise Danske Bank

Bruxelles veut une enquête de l’Union européenne sur les manquements en matière de surveillance qui ont conduit au scandale de blanchiment d’argent touchant la première banque danoise Danske Bank, a indiqué aujourd’hui à l’AFP un porte-parole de la Commission européenne.

Confirmant un article du quotidien britannique Financial Times, l’un des porte-paroles de l’exécutif européen, Christian Wigand, a précisé à l’AFP que la Commission avait adressé une lettre à l’Autorité bancaire européenne (EBA en anglais) organe de surveillance de l’UE – pour l’instant basé à Londres -, lui demandant d'”utiliser pleinement” ses pouvoirs pour enquêter sur ce qui s’est passé dans la surveillance de la succursale estonienne de l’établissement danois, suite aux révélations de manquements internes qui ont amené le directeur général de Danske Bank à démissionner mercredi.

Dans cette lettre, que le Financial Times a pu lire, la Commission demande à l’EBA “d’enquêter sur la possible violation ou non-application du droit de l’Union tant par les autorités de surveillance estoniennes que danoises” et appelle à ce que les problèmes soient traités “avec le degré d’urgence nécessaire”.

Le 2 octobre prochain, lors d’une réunion des ministres des Finances de l’UE à Luxembourg, la commissaire européenne à la Consommation, Vera Jourova, compte discuter de cette affaire avec les ministres danois et estoniens, et également présenter des propositions contre le blanchiment d’argent, a précisé le porte-parole de la Commission à l’AFP.

Une affaire qui promet d’être tentaculaire

Ce scandale qui a pris de l’ampleur ces derniers jours au Danemark, pays traditionnellement cité pour son faible niveau de corruption, concerne avant tout la filiale estonnienne de Danske Bank.

 

Le Figaro