Blanchiment: François Thierry, ex-chef de l’Office des stups, mis en examen Trafic de stupéfiants :

L’ancien chef de l’Office des stups est mis en examen pour “faux en écriture publique par dépositaire de l’autorité publique, complicité de faux, complicité de trafic de stupéfiants et participation à une association de malfaiteurs”.

Selon nos informations, confirmées par le parquet de Lyon, le commissaire François Thierry a été mis en examen lundi à Lyon, à l’issue d’une longue journée d’audition devant le juge Michel Noyer, chargé de l’instruction judiciaire ouverte sur les conditions d’une fausse garde à vue, organisée en 2012 à Nanterre, en faveur d’un informateur de l’office central des stups.

L’ancien chef de l’Office central pour la répression du trafic illicite des stupéfiants (Ocrtis) est mis en examen pour “faux en écriture publique par dépositaire de l’autorité publique, complicité de faux, complicité de trafic de stupéfiants et participation à une association de malfaiteurs”.

Bientôt une confrontation

Véronique Degermann, une procureur-adjointe du parquet de Paris, est mis en examen dans le même dossier. Le juge lui reproche d’avoir autorisé en avril 2012 la fausse garde à vue d’un gros trafiquant de drogue, afin que cet informateur privilégié du commissaire François Thierry pilote à distance une importante livraison de cannabis dans le sud de l’Espagne.

Véronique Degermann, 58 ans, conteste les faits et affirme que l’office des stups l’a manipulée pour obtenir une procédure fictive, afin d’extraire de prison l’indicateur.

Les policiers disent tout le contraire, affirmant que le parquet de Paris connaissait parfaitement le rôle de l’informateur, dans le cadre d’un vaste dispositif de lutte contre le trafic de cannabis.  Une confrontation devrait être prochainement organisée.

Le Dauphine