Besancon(25), Leukodécadence: Le Pédophile Jean-Christophe Quenot(de race blanche jurisprudence Morano) arrêté à son domicile(Màj: Etait en possession de faux papiers

Featured Video Play Icon

07/04/2019

“Il a pu utiliser de faux papiers”, explique la police thaïlandaise à propos du Français de 51 ans mis en examen pour de multiples viols sur mineurs commis en Asie.

Comment ce Français, soupçonné d’avoir commis des dizaines de viols sur mineurs en Asie du Sud-Est, a-t-il pu passer au travers des mailles du filet ? L’homme, mis en examen et écroué en France avait en effet réussi à quitter la Thaïlande incognito, a indiqué dimanche la police thaïlandaise. 

LIRE AUSSI >> Un professeur de français soupçonné d’au moins 50 viols d’enfants en Asie  

 
 

“Il avait été mis en examen pour violences et avait obtenu d’être libéré sous caution”, a déclaré le colonel de police Kampol Ratanaprateep. “D’après les vérifications des services de l’immigration, sa sortie de territoire n’a pas été enregistrée. Il a pu utiliser de faux papiers ou partir par d’autres moyens”, a-t-il encore assuré. 

La Thaïlande est connue pour la corruption de ses fonctionnaires, mais aussi pour être une plaque tournante du trafic de faux papiers et un havre pour criminels en cavale, malgré les tentatives des autorités de changer cette image.  

Sous couvert de donner des cours à des enfants

Ce Français, qui résidait à Singapour, avait été interpellé début février à Bangkok, où il avait l’habitude d’entraîner des adolescents dans sa chambre d’hôtel. Sous couvert de donner des cours de langue à des enfants, il entrait en contact avec des mineurs et les persuadait d’avoir des relations sexuelles tarifées avec lui, toujours selon la police thaïlandaise.  

Tout était parti d’une enquête concernant des jeunes qui dépensaient d’importantes sommes d’argent, que la police avait d’abord soupçonné de provenir du trafic de drogue. 

Selon le Parquet de Paris, le suspect a finalement été interpellé à Besançon le 30 mars dernier et mis en examen deux jours plus tard, notamment pour “viols et agressions sexuelles sur mineurs” et “détention, acquisition et captation en vue de sa diffusion d’images à caractère pornographique d’un mineur”. Il a été placé en détention provisoire pour ces faits qui lui sont reprochés dans plusieurs pays d’Asie, notamment la Thaïlande.

L’Express

____________________________________________________________________________

03/04/2019

 

Jean-Christophe Marie Georges Q. a été arrêté le 30 mars dernier à Besançon (Doubs). Il a été mis en examen pour des faits commis en Thaïlande, en Malaisie, aux Philippines ainsi qu’en Inde.

L’arrestation de Jean-Christophe Marie Georges Q., le 4 février dernier, dans un hôtel de Bangkok, la capitale thaïlandaise, n’avait pas du tout été relayée en France. Pourtant, cet homme de 51 ans avait été pris en flagrant délit par les autorités. Son interpellation musclée avait même été filmée: les policiers avaient trouvé dans sa chambre trente-six préservatifs et huit paquets de Viagra. Ils avaient également découvert un ordinateur portable, rempli de films pornographiques et pédopornographiques, ainsi qu’une caméra. Et surtout, deux adolescents, âgés de 13 et 14 ans, se trouvaient dans sa chambre. D’après la police locale, ces jeunes hommes avaient été démarchés sur Facebook par le quinquagénaire pour coucher avec lui. Ce dernier leur avait proposé des sommes entre 800 et 1000 bahts, soit entre 22 et 27 euros. Des vidéos d’actes sexuels avaient aussi été retrouvées sur son disque dur.

Ces faits, Jean-Christophe Marie Georges Q. les a admis face aux enquêteurs. Inculpé pour «enlèvement» et «viol sur mineurs de moins de quinze ans» en Thaïlande, il a toutefois été libéré après quelques jours de détention pour des raisons encore inconnues. En parallèle, une enquête préliminaire était ouverte par le parquet de Paris après signalement de l’ambassade de France. De retour à Besançon (Doubs) pour rendre visite à ses parents, il a été interpellé le 30 mars par les enquêteurs de l’Office central de répression des violences aux personnes (OCRVP) et placé en garde à vue.

Selon le parquet de Paris, contacté par Le Figaro, le suspect a été présenté à un juge d’instruction le lendemain, puis mis en examen de plusieurs chefs d’accusation: «viols et agressions sexuelles sur mineurs et mineurs de quinze ans», «détention acquisition et captation en vue de sa diffusion d’images à caractère pornographique d’un mineur», «participation à une association de malfaiteurs en vue de la préparation d’un crime» et «corruption de mineurs de plus de 15 ans». Il a été placé en détention provisoire.

Une cinquantaine de viols?

D’après la police locale, ces jeunes hommes avaient été démarchés sur Facebook par le quinquagénaire pour coucher avec lui. Ce dernier leur avait proposé des sommes entre 22 et 27 euros.

Face aux enquêteurs thaïlandais, le suspect a expliqué qu’il enseignait le français et le football à Singapour. Il donnait des cours dans un centre de langues du ministère de l’Éducation mais était installé en Malaisie depuis le début des années 2000. Pendant les cours, il a avoué s’être «lié d’amitié» avec de jeunes garçons. Au fur et à mesure, il se serait rapproché d’eux, les invitant à avoir des relations sexuelles avec lui contre de l’argent. Il filmait ses actes sexuels, mais a assuré qu’il «gardait ces images pour lui»

Le Figaro