Beer-Sheva(Sionistan): Daniel et David (de type arabes convertis) grièvement blessés dans une bagarre géante d’écoliers (Le Sionistan au bord de la guerre civile?)

Featured Video Play Icon

 bagarre massive dans une école d’un village bédouin, près de Beer Sheva, qui a eu lieu la semaine dernière a presque mis fin à la vie de Daniel Abu Qweider, 16 ans, lorsqu’un bloc de béton sur sa tête l’a grièvement blessé. Daniel, hospitalisé au centre médical Soroka, a subi une série d’opérations dans la tête lorsqu’il s’est endormi et a respiré.

 

“Il ne nous a pas appelés presque, se souvient-il à peine. Hier, David est venu lui rendre visite et il ne l’a pas reconnu, il craignait des lésions cérébrales”, a déclaré Sami, le père de Daniel, dans une interview avec “Five avec Rafi Reshef”. . “Il était anesthésiste et avait été opéré à la tête d’un crâne fracturé. Il a actuellement 32 épingles dans la tête et espère qu’il ira mieux”, a-t-il ajouté.

 

Sur les circonstances qui ont conduit à la violente querelle, Sammy a déclaré: “L’enfant n’est allé qu’en 11e année il ya deux semaines. La veille, il y avait eu une dispute entre enfants, Danny n’y était pour rien. Mon enfant ne se mêle à personne. Alors, il est retourné à l’école le lendemain, comme d’habitude, et quand il a cessé de manger, pendant qu’il mangeait, quelques gars sont venus et l’ont attaqué. ”  

 

Daniel Abu Qweider, gravement blessé par une brique lancée dans la tête

 

Daniel Abu Qweider, gravement blessé par une brique lancée dans la tête (News 10)

 

 

Selon lui, Daniel n’était pas impliqué et il ne savait pas qui était responsable de l’attaque. “Il y a des caméras et la police va faire son travail. J’ai envoyé un fils étudier et il est rentré dans un état critique à l’hôpital Soroka”, a-t-il déclaré. “Mon fils a eu un fils dans la tête, a subi une opération de cinq heures à l’hôpital Soroka et a toujours des problèmes de crâne.”

 

Sami a également déclaré que la violence à l’école et dans la région avait mis fin aux études régulières dans la communauté. “L’école de mon fils compte environ 70 étudiants, nous en avons près de 270 dans 11 écoles – à partir du 1er novembre, tous les lycéens ne sont pas allés à l’école.” “Je suis un parent qui a vécu une expérience choquante et je ne le souhaite à personne”, dit-il, “cela ne vaut pas la peine d’envoyer un enfant dans cette situation.

 

Sami a déclaré: “C’est un mauvais pressentiment. Nous sommes ici 24h / 24. Tout le monde ici est inquiet parce que nous sommes des êtres humains – à tout moment, son