Antisémantisme, Leukodécadence: Alain Finkielkraut« Avec le LSD, on était tous à égalité, on riait beaucoup »(sic)

 A l’occasion de la sortie de son dernier livre, « A la première personne », Alain Finkielkraut accorde un long entretien à « l’Obs », entretien durant lequel il évoque son époque, son parcours et ses souvenirs, notamment celui, étonnant, de la prise de LSD. Extrait.

« Parmi mes nombreux handicaps, il y a que je ne sais pas fumer. A l’époque où on me proposait du hasch, soit j’avalais trop, soit pas du tout, et je restais en rade de tous les copains qui ricanaient. Avec le LSD (que j’ai pris trois ou quatre fois dans ma vie, n’exagérons rien…), on est tous à égalité. On avale une petite pilule et on attend l’effet. Et l’effet, pour moi, a été à chaque fois merveilleux : une hilarité intarissable et des hallucinations très douces. Je me souviens d’une soirée où, avec une amie qui en avait pris aussi, nous dînions au Balzar. Je n’arrivais pas à demander l’addition au garçon qui avait une moustache. A chaque fois que je le voyais approcher, j’étais saisi d’un fou rire qui me montait du dos. »

Nouvelobs.com